Corruption : Le Sénégal épinglé par le département d’Etat Américain

0

La Corruption continue de persister au Sénégal même si les tenants du pouvoir s’ingénient à l’éradiquer .Le département d’Etat Américain dénonce cette pratique toujours en cours dans notre pays. De surcroît, voilée dans une impunité irrépressible. Notamment, dans l’Administration et dans l’approbation des marchés publics. Ce qui signifie en clair que le pouvoir du Chef de l’Etat Macky Sall est dans le viseur du département Américain en termes de mal gouvernance.

Publicité

Le quatrième président de la République du Sénégal, Macky Sall, élu le 25 mars 2012, s’était proclamé défenseur de la bonne gouvernance lors de son premier discours à la nation, prononcé le 3 avril 2012.

Malheureusement, le chef de l’Etat est aujourd’hui rattrapé par ses propres déclarations. Dans son dernier rapport intitulé Investment Climate Statements,le département d’Etat Améicain avance que le gouvernement de Macky Sall a fait des progrès limités dans l’amélioration de ses efforts de lutte contre la corruption.

« Malgré la réputation positive du Sénégal en matière de corruption par rapport à ses pairs régionaux, le gouvernement n’appliquait souvent pas la loi de manière efficace et les fonctionnaires ont contribué à se livrer à des pratiques de corruption en toute impunité », renseigne Walf Quotidien.

Les services de Mike Pompeo indiquent que la corruption va de la recherche de rente par les bureaucrates impliqués dans les approbations publiques, aux marchés publiques « opaques », la corruption dans la Police et la Justice. Selon ce rapport du département d’Etat Américain, certains hauts fonctionnaires de l’administration du président Sall seraient impliqués dans des relations de corruption »

.Dire que le pouvoir de Macky Sall aurait intérêt à revoir « sa politique d’impunité » relative à la corruption qui gangrène notre pays. Etant entendu que le Sénégal a mis en place des organes de contrôle de la bonne gouvernance tels que l’Inspection générale d’Etat (Ige),l’Office national de lutte conte la corruption et la concussion (Ofnac) et la Cour des comptes, entre autres.

Mais le constat est que ces corps de contrôle obéissent drastiquement aux humeurs d’un pouvoir qui les diligente au mépris de la charte fondamentale. Et les derniers rapports de la Cour des comptes et de l’Ige auraient épinglé plusieurs hauts fonctionnaires .Mais pour les dédouaner, le pouvoir parle de recommandations purement et simplement. Et récemment, le Chef de l’Etat a suggéré une stratégie nationale de lutte contre la corruption qui ressemble plus à des effets de manche.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.