Félix Kiprono : l’avocat kényan qui proposait 50 vaches, 70 moutons et 30 chèvres pour épouser Malia Obama

0

Lorsque Félix Kiprono a exprimé son « intérêt » pour la fille de Barack Obama, Malia, plusieurs ont déclaré qu’il n’était pas sérieux ou qu’il était simplement un coureur de dot, mais l’avocat kényan a rapidement rejeté ces déclarations.

La nouvelle smartwatch à 49€ remplace toutes les montres de sport chères
« Les gens pourraient dire que je suis après l’argent de la famille, ce qui n’est pas le cas. Mon amour est réel », avait-il déclaré en 2015, tout en espérant réaliser son « rêve » d’épouser Malia, qui n’avait que 16 ans.

Félix Kiprono : l’avocat kényan qui proposait 50 vaches, 70 moutons et 30 chèvres pour épouser Malia Obama
Et pour prouver qu’il était sérieux, Kiprono avait offert au président Obama 50 vaches, 70 moutons et 30 chèvres pour épouser fille. En fait, lorsque Félix Kiprono a appris l’existence de Malia pendant la campagne présidentielle de son père, il est immédiatement tombé amoureux d’elle.

« Je suis tombé amoureux d’elle en 2008 », avait-il confié à The Nairobian en 2015. « En fait, je ne suis sorti avec personne depuis et je promets de lui être fidèle. J’en ai fait part à ma famille et ils sont prêts à m’aider à récolter l’argent pour sa dot. »

M. Kiprono a commencé à travailler sur une lettre pour faire connaître ses intentions et a prévu de donner cette lettre à l’ambassade américaine au Kenya. Apprenant qu’Obama allait se rendre au Kenya (le pays d’origine de son défunt père), Kiprono espérait lui faire une demande en mariage pendant sa visite et a même rédigé une lettre demandant au président d’emmener Malia avec lui.

Le jeune homme avait déclaré qu’au lieu de magnifiques hôtels, il ferait sa demande sur une colline populaire de Bureti, au Kenya, où les dirigeants et les guerriers sont généralement couronnés.

Mais l’avocat kenyan avait de nombreux obstacles à franchir, notamment le fait que Malia n’avait que 16 ans et n’était pas habituée au genre de vie qu’il offrait.

« J’apprendrai à Malia à traire une vache, à cuisiner l’ugali (un plat à base de féculents) et à préparer le mursik (un lait aigre) comme n’importe quelle autre femme de Kalenjin », avait-il déclaré.

Ce n’était pas la première fois qu’un citoyen kenyan proposait d’épouser un enfant du président. En 2009 – près d’une décennie avant l’offre de Kiprono – un commerçant kenyan, Godwin Kipkemoi Chepkurgor, a offert à Hillary Clinton 40 chèvres et 20 vaches en échange de la main de sa fille Chelsea.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.