Affrontement entre force de l’ordres et manifestants, beaucoup de jeunes arrêtés

0

Affrontement à l’instant entre force de l’ordre et les jeunes de Richard Toll.  Ils manifestent contre la fermeture du  frontière entre la Mauritanie  et la ville de Rosso qui rapporte qu’une bonne partie des populations. Beaucoup arrestations notées

A Rosso, les populations sont en colère.  Elles s’affrontent avec les forces de l’ordre, pour protester contre la fermeture des frontières. Pour se faire entendre, les jeunes ont opté pour la violence,  tous les kiosques « Orange Money » ont été brûlés, pour protester contre la fermeture de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, principale source de revenus à Rosso, entre autres…

Et beaucoup parmi les jeunes qui manifestaient sont actuellement entre les mains de la police, arrêtés qu’ils ont été pendant de violentes manifestations.

A noter aussi que avant cette manifestation, ces jeunes avaient sonné l’alerte en dénonçant l’état des routes.

habitants de Rosso avaient  observé un sit-in sur la route principale pour réclamer le changement de la situation pitoyable dans laquelle se trouve la ville.

“Nous demandons le relogement des familles dont les habitations se trouvent dans des zones inondables, nous vivons dans des conditions déplorables, nous sommes marginalisés », se sont plaints quelques manifestants à la presse. « Nos revendications datent depuis longtemps.Nous avons déjà saisi les autorités administratives, mais rien n’a été fait », ont-ils expliqué. Les habitants se plaignent également de l’injustice qui a entaché la distribution des kits alimentaires destinés aux foyers fortement touchés par les inondations.

Nous vivons dans des situations difficiles qui gangrènent la vie économique et sociale », ajoutant, “dans cette banlieue de la ville, il y a les flaques d’eau de pluie, la prolifération des moustiques, des mouches et autres bestioles, menaçant non seulement la qualité de vie, mais également les habitants eux-mêmes.” Nous avons été obligés d’abandonner nos maisons à Satara, pour PK7 suite aux inondations, fustige Aicha (69 ans) qui a perdu le sourire.

« Par ce sit-in et cette marche, nous voulons que le Président de la République M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, soit au courant de ce que nous endurons afin qu’il intervienne .”

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok