Mamacita Sow confirme : Sidiki Diabaté la battait avec “des rallonges”

0

Le célèbre chanteur malien Sidiki Diabaté est cité dans une grave affaire de violences conjugales. La nouvelle répandue sur les réseaux sociaux depuis quelques jours n’est pas loin de salir la notoriété de l’artiste jusque passé pour blanc. Mamacita Sow, sa petite amie victime s’est confié.

Depuis quelques jours, des pages Maliennes mettent à nu une supposée violence du talentueux musicien Sidiki Diabaté sur ses copines. Elles auraient toutes subi des coups violents de la part du chanteur. L’affaire aurait éclaté par une maltraitance supposée faite à son actuelle copine Mamacita Sow, une orpheline d’origine Guinéenne adoptée par son oncle à Bamako. Il lui est reproché de planter une seringue souvent dans la joue de sa compagne pour passer sa colère. Il userait de pistolet dans la bouche, de mégots écrasés sur le corps, de bras cassés et de séquestration pour se faire entendre.

Alors qu’il demeure toujours silencieux sur l’affaire, les critiques continuent à gonfler. Vendredi, Mamacita Sow est elle-même montée au créneau pour confirmer qu’il s’agissait bien d’elle sur les photos qui ont fuité sur la toile. Car tout est parti, en effet, de plusieurs photos publiées sur Twitter, présentant une jeune femme avec des marques de brûlures et de violences physiques sur tout le corps. S’en est suivie une série de publications accusant ouvertement l’artiste malien d’en être l’auteur.

« C’est réellement moi sur les photos mais ces photos datent d’un an… J’ai subi plusieurs violences. J’ai subi plus que ça… En prenant ces photos, je me suis demandé s’il savait ce qu’il me faisait… Mais je ne sais pas comment elles sont arrivées sur les réseaux sociaux », a-t-elle expliqué sur une chaîne de télé malienne.

Elle ajoute : « au début, je me suis dit que c’était par jalousie. Je me suis dit qu’il m’aimait. Mais ça continuait … Moi j’ai subi tout ça par amour. Je l’aimais vraiment… Il me frappait avec des rallonges … J’ai été séquestrée pendant presque deux mois. J’étais enfermée dans la maison. Il y a un gars qui me surveillait … Une fois, je suis allée me coiffer avec le gars qui me surveillait, et je me suis enfuie. Il y a plusieurs témoins », a relaté la jeune femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.