Cette comparaison de l’obs qui ne va pas plaire à Ousmane Sonko (Vidéo)

0

L’Obs renoue le couteau dans la plaie en comparant la situation de Sonko et du ministre Français de l’Intérieur.

Sur fond de reproche, nos confrères de L’Obs ont comparé samedi passé la situation du ministre de l’Intérieur Français, qui a déféré à la convocation de la justice Française sur une affaire de viol à celle de Ousmane Sonko concernant les accusations de Adji Sarr. Seulement, le journal n’est pas sans savoir que Darmanian est au pouvoir en France et appelé en tant que témoin, ce qui n’est pas le cas du député opposant Ousmane Sonko. Non confrères ! L’on ne compare que ce qui est comparable ! Les affaires Khalifa Sall et Karim Wade sont encore fraiches dans les mémoires. Sous Macky Sall, les opposants sont jugés avant leurs comparutions. La présomption d’innonce n’est présente que dans les textes.

Au pays de Macron, on laisse la procédure se dérouler jusqu’au bout avant d’emprisonner éventuellement à preuve, l’ancien président Sarkozy, bien que condamné le 1er mars dernier à trois ans de prison dont un an ferme dans l’affaire dite des écoutes a non seulement comparu libre mais est aussitôt rentré tranquillement chez lui, chez nous, on commence d’abord par jeter en prison l’opposant avant d’aller chercher des preuves.

Autre preuve supplémentaire de la présomption d’innocence en France, l’ancien secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat et de la Simplification, Jean-Vincent Placé, ancien leader du parti écologiste, a été condamné lui aussi le 1er mars à 5000 euros d’amende pour harcèlements sexuels sur une gendarme chargée de garder sa maison. Naturellement, il a comparu libre et est reparti libre. Eh bien, au Sénégal, on l’aurait coffré ! Surtout qu’il n’appartient pas à la majorité présidentielle. Alors, vous voyez bien, chers confrères

Pour Rappel

Face à la presse dans l’affaire de viol dont il est accusé par la masseuse Adji Sarr, Ousmane Sonko avait déclaré qu’il ne répondrait pas à une convocation. Il indique que les procédures pour la levée de l’immunité parlementaire ne n’était pas respectées et, de ce fait, la
commission ad hoc ne pouvait pas le faire.
Ousmane Sonko de dire que son immunité parlementaire reste intacte quelque soit la décision que prendra l’assemblée nationale demain lors du vote.

Sunubuzz

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok