KAwtef de Mina :«Je suis couturière, j’ai deux tailleurs qui travaillent pour moi, en réalité je suis une » ‘tiaga appartement’ «

0

Une autre façon de faire de la pr0stitution prospère aujourd’hui dans certaines localités de Dakar. Des jeunes filles louent des appartements dans des quartiers réputés très calmes pour s’adonner à la pr0stit*ution, sous la couverture d’activités comme la couture, la coiffure, le stylisme.

Ces activités saines permettent à ces filles, qui ont ciblé les quartiers Fadia, Yoff, Maristes, entre autres, de tromper la vigilance des proches et des voisins et d’exercer, sans le moindre soupçon, la pr0stitution de luxe. A la cité Hann Mariste, Nah, l’une d’elle s’est confiée à nos confrères. «Je suis couturière de profession. J’ai deux tailleurs qui travaillent pour moi et c’est moi qui propose les modèles.
A mes heures perdues, je me consacre à moi-même. J’accueille des hommes très nantis qui acceptent de débourser beaucoup d’argent pour qu’on s’occupe bien d’eux.

Je dois payer le loyer à 100 000 F Cfa. Et pour cela, je compte sur ce que me donnent mes hôtes de marque», a confié la jeune dame. Rencontré dans son appartement de deux pièces où sont disposés des machines à coudre ainsi que des étagères sur lesquelles sont superposés des tissus et quelques habits d’homme déjà cousus, elle vide son sac.

Habillée d’une mini-jupe, elle n’hésite pas à exhiber ses jambes qu’elle écarte de temps en temps, en dévoilant le fond de ses cuisses, sans culotte. «Je suis prête pour une partie de plaisir, mais moyennant une grosse somme d’argent, parce que je ne fais pas les choses à moitié. Avec 50 000 francs, on peut passer de bons moments.Mes tailleurs s’enferment pour faire leur travail et j’ai mes deux pièces privées où je mène mes activités. Si vous voulez passer la nuit, il faudra casquer fort, parce qu’au réveil, je dois préparer le petit déjeuner», dit-elle.

Parmi les clients les plus assidus chez ces filles, pr0stit*uées de luxe, il est dénombré plusieurs célébrités et personnalités. Ces dernières viennent discrètement pour des parties de plaisir. D’autres payent même le loyer pour les locataires de ces appartements de luxe. Amina alias ‘’Jolie-Mignonne’’ témoigne : «Je sortais avec un grand directeur d’une société de la place. C’est lui qui payait mon loyer.

Chaque fin du mois, il me faisait parvenir l’argent via une société de transfert d’argent. On s’est séparé, parce qu’il est venu me voir sans m’avertir. Ainsi, il avait trouvé un autre homme qui avait passé la nuit ici. Comme mon ami est très connu, il n’a pas voulu créer de scandale. Financièrement, il m’entretenait très bien. On partait même ensemble en voyage à l’étranger, de temps en temps».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.