Dr Mouhamad Ahmad Lo : «Que personne ne pense que Cheikh Ibrahim Khalil quittera Ngabou. Advienne que pourra !»

0

Le docteur Mouhamad Ahmad Lô ne recule devant rien. Face à la «persécution» dont est victime le prêcheur Ibrahima Khalil Lô à Ngabou, il a organisé une conférence religieuse, hier, au Grand-Théâtre, pour alerter les autorités étatiques sur les menaces de mort.

D’emblée, le religieux a fait savoir : «Notre œuvre continue et notre attachement sans réserve pour la sécurité et la stabilité au Sénégal et pour les autres pays de la Ummah, depuis plus de 25 ans, ne font l’ombre d’aucun doute.»

Dans sa déclaration, le Dr Lô indique : «Il faut que vous sachiez que cette dernière attaque n’est pas entre les mourides et ceux qui étaient ciblés, mais il s’agit d’un complot fomenté par un groupuscule extrémiste qui cherche à semer la terreur au Sénégal. Allah connait bien leurs intentions et ceux qui sont derrière eux. Vous avez vu et entendu une de leurs icônes dirent devant les médias ‘’qu’ils s’en foutent’’ qu’il y ait guerre civile dans ce pays.»

«Pourquoi nous sommes restés à Touba, malgré ces nombreuses et répétées menaces ?»

Poursuivant, il affirme : «Nos amis nous posent beaucoup de questions et se demandent pourquoi nous sommes restés à Touba, malgré ces nombreuses et répétées menaces ? La réponse : Nous croyons fermement que nous sommes des fils de cette ville. Nous y avons grandi de la même manière que d’autres dans leurs villes ou villages d’origine. Nous avons participé à son développement de la même manière que nos parents ont participé à sa création. Nous sommes des fils de droit de cette ville et personne ne peut nous contraindre à la quitter, alors que nous sommes en vie.»

D’après lui, «la seule chose qui peut nous y faire sortir facilement, est qu’une déclaration directe émanant du premier responsable de cette ville nous demandant d’y sortir. Allah sait que si une demande de cette nature m’est faite, je ne tarderai pas à l’exécuter de suite. Et je n’aurai nullement besoin de ce qu’il répète toujours en matière d’indemnités ou autre. Peut-être que ce genre d’ordre n’arrivera jamais avant que le gars au divan ne soit calife de Touba. C’est la bonne conjecture que nous avons des actuels responsables de cette ville».

Avant de laisser entendre : «Quant à Cheikh Ibrahim Khalil, que personne ne pense qu’il quittera Ngabou, sous aucune condition. Advienne que pourra !»