Le Juge Mamadou Seck, qui avait désisté du dossier Sonko, invité à la barre

0

Les manifestants prennent toujours goût à s’attaquer aux hommes de justice, entre autres. Pour cela, il est informé que la Division des investigations criminelles (DIC) a coffré et déféré au parquer la semaine dernière deux militants de Pastef.

En effet, cette information rapporté par Libération et repris par Sunubuzz,  fait savoir que deux suspect du noms de Anta Diagne et Yaya Ciré Cissokho ont été arrêtés et différés la Division des investigations criminelles (DIC) la semaine dernière. Toutefois, il est renseigné que l’un d’eux avait déjà bénéficié d’une liberté provisoire.

Les mots de menace

C’est suite à ce message de menace  que les deux jeunes ont été arrêtés. Les mots étaient envoyé deux fois sur le numéro personnel du magistrat, le 28 février dernier.  «Nous t’attendons sur le dossier Sonko. Nous te surveillons et ta famille de Tivaouane aussi. Du sang va couler, mais pas seulement des manifestants (sic). Vous et vos familles allez payer. Nous le jurons», menace le SMS envoyé à deux reprises sur le numéro personnel du magistrat.

Ce, dossier a été envoyé en flagrant délit. Cependant la défense exige la comparution du juge Mamadou Seck.

Cette histoire de mœurs ayant secoué le pays ne semble toujours pas finir. Elle continue, chaque jour que Dieu fait, de nous réveiller avec ses lots de surprises. On croirait que les militants de Pastef ne vont reculer en rien si c’est pour le leader Ousmane Sonko.

Menacer, au point de le faire à un homme de justice et puissant, ça le summum du courage, ou peut-être celui de la témérité.

Le président Sonko  devrait nak s’exprimait sur cette attitude inélégante de certains de sympathisants. Le militantisme doit se faire de la plus belle des manières, c’est-à-dire pas insulter, pas mener, pas opprimer ceux qui sont contraire à son idéologie, ça ce n’est pas une démocratie.

SUNUBUZZ !