Les femmes étaient autorisées à épouser des femmes en Afrique au XVIIIe selon des études

0

L’Afrique a été étudiée par des universitaires du monde entier, intrigués par les nombreuses pratiques culturelles et traditionnelles qui ont plusieurs significations et un impact important sur les gens.

Si certaines pratiques ont disparu en raison de l’exposition à l’occidentalisation, d’autres ont été arrêtées en raison des dangers qu’elles représentaient pour les victimes.

L’une des pratiques culturelles les moins connues qui ont dominé l’Afrique reste le mariage de femme à femme qui fonctionnait comme un rite de mariage normal dans certaines parties du royaume du Dahomey, de l’est du Nigeria et de certaines parties de l’Afrique australe.

Le mariage, comme toute autre cérémonie, impliquait les deux familles, le versement d’une dot et un rite spécial pratiqué après lequel une femme jouait le rôle d’épouse et l’autre celui de mari. Le couple vivait ensemble et pouvait même élever des enfants.

Dans une communauté polygame, une femme pouvait épouser plus d’une femme si elle en avait les moyens. Les mariages entre femmes étaient bien célébrés et respectés et ils étaient traités comme des unions normales.

Cependant, il fallait qu’une femme ait un certain statut social et de l’autorité pour pouvoir épouser une autre femme et assumer le rôle de mari. Les différentes sociétés qui pratiquaient le mariage de femme à femme avaient les mêmes systèmes qui permettaient à une femme d’épouser une femme en tant qu’épouse.

Dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest, notamment au Dahomey et dans la communauté Igbo, les femmes étaient autorisées à pratiquer le commerce, ce qui leur donnait le pouvoir d’autorité des hommes. Dans le cas où une femme voulait s’élever plus haut dans la société, elle devait assumer le rôle complet d’un homme ; elle devait donc avoir sa propre femme et sa propre famille. Ces femmes riches et puissantes étaient autorisées à s’asseoir à la table des hommes et à prendre des décisions qui affectaient le commerce dans leur société. Après le mariage, elle n’était plus considérée comme une femme et se voyait même attribuer un titre masculin.

Les femmes pouvaient également avoir des épouses dans ces communautés grâce à leur rôle de prêtresse et de guerrière. C’est en Afrique australe et dans le royaume du Dahomey que cette pratique était la plus courante. Les femmes occupant de telles positions étaient autorisées à prendre des filles ou des jeunes femmes esclaves dans leur communauté comme épouses qui vivraient avec elles.

Une fille était déclarée de sexe masculin par son père afin de remplir un poste vacant normalement occupé par un membre masculin s’il n’avait pas de garçon. En l’absence de descendants masculins, une fille se voyait attribuer le poste d’une fille masculine et assumait le rôle d’un homme. Lorsqu’elle devenait majeure, on la faisait épouser une femme qui aurait des enfants pour elle. En général, les femmes qui devenaient les épouses d’autres femmes étaient obligées d’avoir des relations sexuelles avec des hommes esclaves et les enfants appartenaient à leur femme.

En général, une femme pouvait épouser une veuve avec des enfants pour aider à subvenir aux besoins de sa famille et des enfants qui porteraient alors le nom de leur mari féminin. Les femmes mariées avaient généralement des partenaires masculins avec lesquels elles avaient des relations sexuelles.

Crédit photo : facetofaceafrica

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok