Accusé d’avoir violé une fillette de 12 ans : Babacar Faye révèle avoir plutôt couché avec sa mère

0

Accusé d’avoir violé A. Guèye, la fille de sa voisine de Bargny, Amina Diop, Babacar Faye a été traîné, hier, devant le juge des flagrants délits de Dakar. Hormis ce présumé viol qu’aurait subi la fille et que la mère de la victime a raconté, les débats d’audience, ont failli prendre une autre tournure, car l’avocat de la défense, Me Ibrahima Mbengue, a soutenu devant le public ébahi qu’entre la maman de la victime, Amina Diop et son client Babacar Faye, il y a une relation amoureuse.
A en croire toujours la robe noire, c’est la dame qui se déplaçait toujours pour rejoindre le mis en cause à son domicile et non le contraire. Babacar Faye qui durant toute la procédure a nié les faits, a encore balayé d’un revers de main toutes les accusations portées à son encontre, face au président de l’audience. Selon lui, Amina Diop l’a accusé pour se venger de lui. Cependant une autre version des faits a été donnée par la partie accusatrice. Selon la fillette, à la date du 26 avril 2019, elle a été chargée d’une commission par son oncle maternelle. En se rendant à la boutique elle a été interceptée par Babacar Faye, qui voulait la charger d’une autre commission. Et c’est ainsi qu’il l’a invitée dans sa chambre où, il lui a servi une boisson qu’elle a bu avant de perdre ses esprits. Mais, souligne-t-elle, lorsqu’elle s’est réveillée, le prévenu n’était pas sur les lieux.
« Les incohérences de la « victime »

C’est sur ces entrefaites qu’elle est rentrée tranquillement chez elle, sans dire un mot à sa mère. Ce n’est que le lendemain matin, au moment de laver ses habits qu’elle s’est rendu compte qu’ils étaient maculés de sang. Pire, « la victime » A. Guèye se plaignait de douleurs au ventre. Les médicaments achetés à la pharmacie n’y feront rien. Car les maux persistaient de plus belle. Aussi, Amina Diop l’a transportée à l’hôpital afin qu’elle soit consultée par une sage-femme. Coup de massue : la blouse blanche révèle à la dame Amina Diop que sa fille a été abusée sexuellement. Elle lui délivre une certificat médical qui fait état d’une déchirure hyménale ancienne. Interrogée sur les faits, la gamine a pointé du doigt Babacar Faye comme étant auteur du viol. De plus A. Guèye ajoutait que l’inculpé lui avait caressé les seins. A la barre du tribunal, la victime a soutenu que c’était la première fois a eu des rapports sexuels. Et pourtant elle avait dit à l’enquête préliminaire avoir été victime de viol à deux reprises et qu’elle s’en était ouverte à sa mère qui était restée bouche bée.
La partie civile réclame 5 millions

Interrogée, l’épouse du prévenu Babacar Faye et l’un de ses voisins l’ont disculpé, en expliquant que le jour des faits, le prévenu était rentré à la maison tard. Nonobstant ses déclarations, l’avocat de la partie civile Me Babacar Ndiaye, convaincu de la culpabilité du prévenu, a demandé au tribunal de le maintenir dans les liens de la détention et de le condamner à payer 5 millions de dommages et intérêts.
La parquetière a quant à elle, sollicité la relaxe pure et simple du prévenu. Avocat de la défense, Me Ibrahima Mbengue a fait la même demande. « Comment je peux entretenir des rapports sexuels avec la mère et faire de même avec la fille ? Ce n’est pas humain » « S’il y a quelqu’un qui doit demander des dommages c’est mon client. Parce qu’il a été blessé dans sa chair et même s’il est relaxé, il sera indexé et vu comme quelqu’un qui a violé », crie Me Mbengue.
Le délibéré sera rendu demain vendredi 24 mai 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok