Justice – Warda Attam enfonce Tyco Tatoo : “awraweum bi mom la guéné di…”

0

Initialement prévu hier, le procès du tatoueur Tyco Tatoo a subi un troisième report. Le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar a renvoyé l’affaire jusqu’au 16 janvier prochain pour la comparution de la plaignante. S’agissant des faits, la nommé W. Attal s’est réellement mariée avec un des amis du nommé Ama Bâ.

Pour chanter davantage son mari, il lui demande de se faire tatouer certaines parties du corps. C’est ainsi qu’il a pris contact avec Djibril Ndiogou Diop alias Tyco Tatoueur, qui leur donnent rendez-vous le 19 décembre 2018. A leur arrivée, ils marchandent jusqu’à tomber d’accord sur la somme de 100.000 francs Cfa qu’ils ont donnée à l’épouse de ce dernier, son assistante. La dame est entrée dans la chambre où Tyco exerce sa profession. Ce dernier lui demande de refermer la porte à double tour, arguant qu’il ne voulait pas être dérangé lorsqu’il travaille. Après avoir bien muri son plan, Tyco demande à la dame d’enlever son pantalon, son slip et le soutien-gorge, prétextant qu’il risquait de salir ses habits. Sans se soucier de rien, elle a obéi à ses injections. Lui-même a enlevé son boubou et est resté en caleçon, soutenant ne pas vouloir tacher ses habits. Pour commencer la séance de Tatouage, Tyco exige à Warda de s’asseoir à cheval sur ses genoux et de lui tourner le dos. Tyco profite de cette situation pour sortir son pénis et a voulu pénétrer Warda. Cette dernière sentant la rugueuse de son sexe contre son vagin, a brusquement sursauté, lui demandant les causes de son geste. Il ressort toujours des éléments de l’enquête que la dame a interrompu la séance de tatouage, s’est rhabillée et est sorti en claquant la porte. Elle raconte la scène à Ama Bâ qui, automatiquement, s’est dirigée dans la chambre pour l’accabler d’invectives. C’est ainsi que Tyco, touché dans son orgueil, lui a donné un coup de poing à l’œil gauche, lui occasionnant des blessures. Pour tasser le problème, Tyco a demandé à son épouse de rendre la somme, mais Ama Bâ a appelé les gendarmes pour dénoncer ses actes. Entendue par les enquêteurs, la victime a expliqué les faits tels que nous les avons relatés en sus. Pour sa part, Ama Bâ a déclaré : « la femme de mon ami a voulu se faire tatouer et lorsque j’ai contacté le nommé Tyco, il nous a demandé de venir derrière « Numero Uno », sur les deux voies de liberté 6, car il habite là-bas maintenant. Nous avons ensuite patienté 40 minutes avant qu’il n’appelle Warda. A peine 1 heure 30 minutes de séance, elle est sortie brusquement de la chambre et m’a demandé de rentrer. Elle était terrifiée. Elle m’a expliqué que Tyco a tenté de la violer. Quand je suis entrée dans la chambre, il m’a donné un coup de poing à l’œil gauche et m’a blessée. Je porte plainte pour violences et voie de faits ». De son côté, Djibril Ndiogou Diop alias Tyco a nié les faits. Il a confié : « j’ai reçu un appel téléphonique de quelqu’un qui disait quitter Rufisque pour m’amener une cliente. C’est ainsi que je lui ai indiqué ma nouvelle adresse. A leur arrivée, elles m’ont appelé une deuxième fois et je les ai guidées jusqu’à mon appartement. La fille voudrait faire deux tatouages, l’un sur les deux fesses et l’autre au niveau du mollet gauche, ce qui prendrait beaucoup de temps. J’ai demandé à la fille d’enlever son pantalon et son slip ainsi. Elle était d’accord et s’est mise à 4 pattes pour l’exécution du tatouage ». Sur une question de savoir s’il a tenté de violer la dame, il a rétorqué : « je n’ai pas tenté de la violer. Je lui ai juste demandé de s’accroupir à 4 pattes devant moi pour que je puisse bien faire le tatouage ». Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok