Usa – Mauvaise nouvelle pour Cristiano Ronaldo

0

Après avoir appris qu’il ne serait pas poursuivi en juillet dernier, Cristiano Ronaldo se retrouve à nouveau accablé par de nouvelles preuves dans l’enquête lié à son accusation de vi0l.

La présence de son ADN sur les preuves En septembre 2018, le portrait si parfait de Cristiano Ronaldo se voyait être sali par une horrible accusation. Le magazine allemand Der Spiegel dévoilait en effet le témoignage d’une jeune femme prénommée, Kathryn Mayorga. Selon cette Américaine de 34 ans, la star de la Juventus de terrain l’aurait vi0lée dans une suite d’un hôtel de Las Vegas en 2009. La victime expliquait notamment que plusieurs mois après ce vi0l, le compagnon de Georgina Rodriguez lui a versé 375 000 dollars en échange de son silence… Un glaçant témoignage Désormais prête à faire payer le sportif pour cet acte des plus horribles, Kathryn Mayorga a donné sa version de ce qu’il s’est passé dans la nuit du 12 au 13 juin 2009.
Elle a décrit notamment un vi0l [email protected] et affirme que Cristiano Ronaldo se serait agenouillé en disant : « À 99 %, je suis un mec bien. Je ne sais pas pour le 1 % restant ». Des accusations que le joueur a rapidement niées indiquant que le rapport sexuel était consensuel. En juin 2019, on apprenait, contre toute attente, que la jeune femme a finalement retiré sa plainte… alors que l’enquête était déjà entamée que la police de Las Vegas avait adressé une requête aux autorités italiennes pour obtenir un échantillon d’ADN de Cristiano Ronaldo. Des traces sur sa robe Car il y a quelques années déjà, au moment des faits, la victime présumée avait déjà déposé une plainte. Elle avait été classée sans suite, vu qu’elle refusait de divulguer le nom du footballeur.
Maintenant qu’elle a accepté de livrer l’identité de son agresseur, la police de Las Vegas n’a pas d’autres choix que de conduire des tests ADN car il y aurait des traces sur la robe que portait Kathryn Mayorga. L’ADN correspond En juillet dernier, faute de preuves, la justice américaine avait donc décidé de prononcer l’arrêt officiel des poursuites contre le sportif. Aujourd’hui, nouveau rebondissement. Le tabloïd anglais « The Sun » affirme que les tests ADN ont pourtant été menés à bien et que le résultat est d’ailleurs revenu positif : l’ADN prélevé sur les preuves apportées au dossier correspond bien à celui de la star du ballon rond. Suffisant pour relancer l’enquête ? Pas sûr puisque Cristiano Ronaldo n’a jamais nié avoir passé la nuit avec la victime présumée…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.