le drôle de choix Martin Braithwaite

0

C’est un transfert qui fait pour le moins parler à Barcelone. On le rappelle, le club catalan a le droit de recruter un joueur – à condition qu’il joue en Espagne ou soit libre de tout contrat – pour couvrir la blessure d’Ousmane Dembélé, qu’on ne devrait plus voir cette saison suite à cette nouvelle lésion au biceps fémoral. Depuis quelques semaines, c’est le bal des noms dans les médias catalans, et si Angel Rodriguez (Getafe) et Willian José (Real Sociedad) ont semblé en pole position à certains moments, c’est finalement vers Martin Braithwaite que la direction catalane s’est tournée. L’officialisation pourrait rapidement survenir, alors qu’Eric Abidal et ses hommes s’apprêtent à lever la clause libératoire de 18 millions du joueur de Leganés.

La décision d’avoir offert le rôle au Danois après ce long casting étonne beaucoup de monde en Catalogne, forcément. Premièrement, car il semble tout de même être moins performant que d’autres attaquants visés jusqu’ici. Angel Rodriguez en est déjà à 10 réalisations cette saisons, tout comme Roger Marti (Levante), alors que Lucas Pérez (Alavés) ou Loren (Betis) ont également fait trembler les filets à plus de reprises que l’ancien du TFC, qui totalise 6 buts pour l’instant. Et ces attaquants ont en plus une clause libératoire moins élevée ! Mais au-delà des simples lignes statistiques qui peuvent parfois être trompeuses, ils ont plus prouvé dans le championnat espagnol, et dans des clubs supérieurs à Leganés, co-lanterne rouge de cette Liga 2019/2020. On peut clairement affirmer qu’un joueur comme Lucas Pérez est un meilleur attaquant que Martin Braithwaite, dans l’absolu.

Un choix sportif… et financier

Braithwaite n’est donc pas le meilleur joueur de la liste… mais c’est peut-être celui qui est le mieux adapté à ce que cherche le FC Barcelone. C’est du moins comme ça qu’on voit les choses dans le staff technique blaugrana. Quique Setién ne voulait ainsi pas un véritable numéro 9, comme le sont beaucoup des joueurs cités plus haut, mais un joueur polyvalent sur le front de l’attaque. Un « deux-en-un » donc, qui permette de palier aux absences de longues durées de Dembouz et de Luis Suarez. Les versions données par les médias espagnols divergent cependant, puisque certains affirment que c’est Quique Setién qui a poussé pour qu’il soit recruté, alors que d’autres publications expliquent elles que l’entraîneur a juste donné un profil type dont il avait besoin à sa direction et que c’est elle qui a misé sur le Danois.

Toujours est-il que, comme c’est devenu habituel, cette arrivée est entourée d’une polémique qui dépasse le cadre sportif. L’agent de Martin Braithwaite n’est autre qu’Ali Dursun, le représentant de Frenkie de Jong. Lors du recrutement du joueur hollandais, il avait déjà touché une commission intéressante, et il faut rappeler que cet été, le Barça avait recruté le fils de l’agent, Mike Van Beijnen, pour son équipe B… Beaucoup estiment ainsi que l’arrivée du joueur de Leganés est un nouveau cadeau à Dursun pour le remercier d’avoir misé sur le Barça plutôt que le PSG dans le feuilleton De Jong. Plus étonnant encore, la presse barcelonaise explique que les Catalans ont aussi parié sur Braithwaite à cause de son jeune âge relatif par rapport aux autres (28 ans), et parce qu’ils y voient un intérêt financier certain en pensant déjà à faire une plus-value avec une vente dans six mois ! Un joueur comme Angel Rodriguez serait ainsi moins cher maintenant avec sa clause à 9 millions d’euros, mais le club en tirerait moins dans le cadre d’un transfert sur le court/moyen terme.

Mais que vaut réellement Martin Braithwaite ?

L’attaquant danois est cependant peut-être victime d’un délit de sale gueule, notamment pour les fans français suite à ses passages à Toulouse et à Bordeaux. Mais force est de constater que depuis son arrivée chez les Pepineros à l’hiver 2019, il a montré de bien belles choses. Dans une équipe résolument défensive, jouant très bas, il a fait du bon boulot sur les transitions offensives aux côtés de Youssef En-Nesyri, dans un contexte qui favorise énormément ses qualités physiques. Référence offensive du club de la banlieue madrilène, il est ainsi très fort dans les appels dans le dos de la défense, en partant de l’axe ou d’un côté, et possède une qualité de finition toute somme correcte. Il a déjà réussi à faire trembler les filets face au Real Madrid, face à Valence, à Séville et même contre le FC Barcelone, preuve que jouer face aux gros du pays ne lui pose aucun soucis.

Un bon attaquant pour un club de la deuxième partie de tableau, mais qui risque d’être trop léger pour un club comme le FC Barcelone. Pas uniquement à cause de la différence de niveau et d’exigence entre les deux formations, mais surtout à cause d’un jeu prôné par Setién qui est à l’exact opposé de ce qu’a connu Braithwaite avec Mauricio Pellegrino et Javier Aguirre à Leganés. Ce n’est pas le joueur idéal pour tenter de combiner dans les petites espaces devant, ni un joueur capable de conserver et/ou porter la balle face à un pressing adverse. En revanche, sa puissance peut en faire un bon atout en sortie de banc, surtout face à une équipe qui laisse un peu d’espaces derrière. Plus qu’à le voir sur le terrain sous la tunique blaugrana pour pouvoir juger définitivement le choix du champion d’Espagne en titre…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.