Voici l’homme qui a arnaqué Gana Gueye plus de 3,2 milliards

0

Laurent Gutsmuth, l’agent mandaté pour le transfert de Gana d’Everton au Paris-Saint-Germain, n’a pas versé la somme de 5 millions d’euros (3,2 milliards Fcfa), destinées aux personnes qui ont participé à ce transfert. Le frère de l’international Sénégalais a décidé de saisir la justice. Qui est cet agent qui serait un habitué des faits ?
Laurent Gutsmuth est aussi l’agent des joueurs sud-américains du Paris Saint-Germain. Il participe à leurs transferts pour y gagner ses commissions. Son nom était déjà apparu dans les dossiers Javier Pastore ou Thiago Silva. Il a aussi refait surface lors du transfert de Dani Alves vers le club parisien.

L’agent qui n’avait jamais géré les intérêts du Brésilien, va lui servir de correspondant. C’est la société Flashforward, dirigée par Dinorah Santa Ana Da Silva, l’ex-femme de Dani Alves, qui a géré ce dernier, comme l’indique l’agence basée à Barcelone via son site internet.

Licencié en France, il utilise son réseau sud-américain formé lors de son séjour là-bas pour ouvrir une porte aux agents du continent outre-atlantique afin de contourner l’interdiction d’exercer en France. Il fallait obligatoirement avoir une licence FFF ou une autorisation et Dinorah Santa Ana Da Silva et sa société n’en avaient pas. Ce qui était un avantage pour Laurent Gutsmuth qui en dispose.

Ainsi, celui qui est également directeur de la société Sports & Co et ancien agent de Bacary Sagna joue le rôle de représentant du joueur dans l’hexagone, sans pour autant rentrer dans le cercle des négociations. En bref, le PSG et l’agent sud-américain s’accordent sur les termes du contrat, le salaire, les primes et les conditions. Laurent Gutsmuth, lui, finalise la transaction, commission à la clé.
Laurent Gutsmuth aurait reçu un chèque 45 000€ lors de la prolongation de Thiago Silva. À 10 000€ celui encaissé lors de la signature de Javier Pastore au PSG en 2011. À ces moments-là, Paulo Tonietto et Marcelo Simonian, agents respectifs du Brésilien et de l’Argentin, usaient de la même stratégie pour s’exonérer du règlement. Interrogé sur le rôle qu’il joue pour Dani Alves, l’agent affirme que c’est le même qu’il joue pour Thiago Silva et Javier Pastore. Ainsi sur le métier d’agent, Mediapart aurait qualifié ce rôle d’« agent de paille. »
Sujette à contestation en raison de l’intermédiaire supplémentaire et du dégoût de certains pour le « foot business », cette pratique ne sort néanmoins pas du cadre légal. 45 000€ juste pour une signature? Laurent Gutsmuth n’en a sûrement que faire et vit dans un monde où l’opportunité reste immanquable. Toujours à Mediapart, il avouait également « faire plus de commercial avec Cavani. Mais si on me proposait un rôle de simple agent de paille, j’accepterais sûrement. »

Une logique de gagne-pain, au même titre qu’un joueur qui s’envole pour la Chine ou le Moyen-Orient. De plus, les arrangements de Laurent Gutsmuth avec les sud-américains du Paris Saint-Germain ne représentent qu’une goutte d’eau dans le vaste océan du football moderne. Les transactions similaires se comptent par dizaines. Et on notera, parmi elles, les cas Joao Mario et Gabriel Barbosa à l’Inter Milan, pour lesquels la société Sports Invest UK du super-agent Kia Joorabchian n’a pas hésité à utiliser certains de ses associés pour empocher plusieurs commissions. Le ballon et le jeu semblent, eux, bien loin de toutes ces considérations…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.