Aliou Cissé confesse : « Moi je pleure tous les jours… Ce que les gens ne savent pas… »

0

Quatre jours après la victoire de l’équipe nationale du Sénégal, le sélectionneur Aliou Cissé a accordé une interview à nos confrères de Emedia.

En marge de cet entretien, le sélectionneur national se dit très émotif. « Moi je pleure tous les jours. Les gens ne le savent pas, mais je suis très émotif. Il y a des choses qui me font mal. Toute à l’heure, tu parlais d’incompréhensions et autres, bien sûr qu’il y a des choses qui me font mal. », a confié Aliou Cissé.

Ce dernier de poursuivre : « Je ne peux pas dire que ceci ou cela m’a fait mal. Mais nous sommes des humains. On vit parfois des moments d’émotion. Il y a des moments où l’on n’est pas bien et on pleure. Des moments où l’on est bien, mais ça ne dure pas longtemps. Moi, c’est cette force que j’ai. Je pleure aujourd’hui et le lendemain je pars beaucoup plus costaud, beaucoup plus fort, parce que je suis un combattant, parce que, j’ai des objectifs, parce qu’il y a l’attente des supporters. Et en réalité, je ne me suis jamais senti seul. »

« Après les incompréhensions, dit le Champion d’Afrique, ça arrive, peut être sur une parole que je n’ai pas bien dite, sur une phrase que je n’ai pas bien sortie, quelqu’un la capte et tout de suite, il me prend comme quelqu’un d’arrogant ou quelqu’un d’irrespectueux. Mais les gens qui me connaissent savent que je suis quelqu’un de très respectueux, très bien éduqué. Mais aussi je suis quelqu’un d’ambitieux et mentalement, très fort. Quand je veux atteindre un objectif, je ferai tout pour l’atteindre. »

L’ancien international sénégalais d’ajouter : « Et c’est là que j’appelle la jeunesse sénégalaise. C’est important que les jeunes soient des combattants, des entrepreneurs, qu’ils ne se découragent pas. C’est important que les jeunes sachent se fixer des objectifs. Il y aura toujours des gens qui viendront vous décourager, mais il faudrait tout simplement qu’ils prennent conscience de leur responsabilité. Cette coupe montre à la jeunesse sénégalaise que tout est possible. Il faut simplement se battre. Et on ne peut pas tout attendre de nos dirigeants. À un moment donné, c’est à nous de prendre notre destin en main. »