Application SeneNews

Assemblée nationale : Voici combien gagne un président de groupe parlementaire

0

Les tractations sont en cours au sein de Yewwi-Wallu en vue de l’installation des députés de la 14e législature, le 12 septembre. Les membres de l’inter-coalition de l’opposition essaient d’accorder leurs violons au sujet, notamment, du candidat à présenter pour le poste de président de l’Assemblée nationale et du nombre de groupes parlementaires qui vont défendre leurs couleurs.

Si pour le perchoir, aucune décision n’a encore été officialisée, Yewwi et Wallu ont déjà décidé, d’après plusieurs médias, de créer trois groupes parlementaires. D’autres opposants comme Thierno Bocoum et des membres de la société civile fustigent un tel choix, soulignant qu’il contribue à alourdir la facture à supporter par le contribuable sénégalais pour le fonctionnement de l’Assemblée nationale.

C’est qu’un groupe comporte un président et un vice-président, et ce ne sont pas des députés comme les autres du point de vue des avantages attachés à leurs fonctions. Un président de groupe gagne deux fois le salaire d’un «député simple», qui touche 1,3 million de francs CFA mensuels. Il bénéficie de deux millions supplémentaires pour son «fonctionnement». Source A précise que «c’est de l’argent liquide» qui lui est directement remis.

En plus, il a à sa disposition deux voitures, 1000 litres de carburant, 150 000 francs CFA pour le téléphone et un assistant.

Un vice-président de groupe gagne 1,6 million par mois. Mais en dehors des deux millions en liquide que reçoit le président, il bénéficie de tous les avantages dont ce dernier jouit.

Pour d’aucuns, c’est la course à ces avantages matériels qui expliquerait le choix de l’inter-coalition Yewwi-Wallu de vouloir créer plusieurs groupes parlementaires.

→ A LIRE AUSSI : Assemblée nationale : Wade désigne son candidat, le voici !

→ A LIRE AUSSI : Assemblée nationale : La date d’ouverture de la première session fixée !

→ A LIRE AUSSI : Mort atroce de Mamy Doura Diallo et de son bébé : Le procureur de Kédougou détaille l’horreur