Birmanie: l’Asean hausse le ton contre la junte

0

L’Association des nations d’Asie du Sud-Est hausse le ton contre la Birmanie, sans pour autant imposer de sanctions à la junte. Les chefs de la diplomatie des pays membres du bloc, réunis à Phnom Penh, ont exhorté les autorités de Naypyidaw d’appliquer l’accord de sortie de crise en cinq points convenu trois mois après le putsch entre le régime militaire et l’Asean.

Dans une déclaration commune, les diplomates se disent « profondément déçus par le progrès limité et le manque d’engagement de la junte dans la mise en œuvre du consensus en cinq points ». Un accord qui prévoyait, entre autres, de mettre fin aux violences, d’entamer le dialogue avec les partis d’opposition et de nommer un envoyé spécial de l’Asean dans un rôle de médiation.

Isolée sur la scène internationale, la Birmanie n’a pas été invitée au sommet de Phnom Penh en signe de protestation du bloc contre les récentes exécutions d’opposants politiques. L’Asean n’envisage pas à ce stade d’exclure son partenaire de l’organisation, un nouvel examen de la situation aura lieu lors du prochain sommet en novembre.

Signe que certains pays perdent patience, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a prévenu mercredi 3 août que de nouvelles exécutions de prisonniers pourraient contraindre le bloc à repenser l’accord. Selon l’ONU, plus d’une centaine de prisonniers se trouvent actuellement dans le couloir de la mort.