Horreur à sacrée Cœur: de nouvelles révélations sur le docteur

0

En emportant avec lui, ses enfants pour éviter qu’une descendance naisse de cette union sans amour ;Falla Paye refusait d’être pris pour l’homme impulsif aux humeurs imprévisibles par une femme qui n’a jamais voulu de lui. Le médecin s’est suicidé pour tirer un trait sur sa vie et celle de ses enfants. Seulement la lettre qu’il a laissé lui aura permis de sauver sa femme d’une accusation de meurtre.

“Il ne faut pas qu’il ait une descendance de ce mariage sans amour. Trouve-toi un mari qui t’aimera ; peut-être et vous ferez d’autres enfants. Tu m’as dit avoir réfléchi à tous les cas de figure mais tu ne t’attendais pas à une telle éventualité. Visiblement il y en a un qui t’a échappé”. Voilà comment le docteur paye a conclu sa lettre. Il avait raison Ndèye Awa Diagne, l’ex épouse est comme le commun des Sénégalais, tombée sur le drame.

Une nouvelle qui sonne tel un coup de massue. Un homme s’est donné la mort avec ses enfants à la clinique El

Hadji Abdou Aziz Dabakh à Mermoz. Voilà comment l’alerte a sonné ce dimanche incitant ainsi toutes les curiosités. De plus près, il s’agit de la clinique dentaire. Et le médecin en question était identifié comme étant El Hadji Falla Paye. Le même immeuble abrite aussi la clinique de son grand frère le docteur Mbaye Paye très connu pour avoir été le secrétaire général du syndicat autonome des médecins du Sénégal. Mais aussi membre de la commission santé du comité de pèlerinage à la Mecque, il est aussi cardiologue et médecin urgentiste.
Son jeune frère, l’autre docteur Paye a donné une injection mortelle à ses trois enfants (Mohamed, Ndeye Fatou et Thialy Paye) avant de se donner la mort. Ces derniers sont issus de son premier mariage avec Ndeye Awa Diagne. Cette dernière lui aurait fait vivre l’enfer depuis le début d’un mariage.

Pourtant elle a tout diligenté en forçant pratiquement la main au docteur comme, il le raconte dans sa lettre d’adieu. C’est à la limite, lit-on dans le document qui raconte la chronologie d’un calvaire vécu dans son foyer avec une précision de dates et faits qui donnerait lieu de croire qu’il s’agit en effet d’un petit résumé d’un journal intime alimenté tous les jours. L’amour n’a jamais grandement régné dans ce couple. La femme qui avait auparavant repoussé le prétendant, avait fait volteface parce que l’homme avec qui elle était, s’était marié. Tout se déroule tel un éclair comme raconte Falla dans la