Application SeneNews

Hospitalisation d’Ousmane Sonko : Découvrez les produits suspectés

0

Je peux reformuler cette phrase de la manière suivante : Le jeudi 16 mars au soir, Ousmane Sonko, qui est à la fois le dirigeant du parti politique Pastef et une personnalité importante de l’opposition au Sénégal, a été admis à l’hôpital suite à un incident avec les forces de l’ordre. D’après ses partisans, il aurait été exposé à une substance dont l’origine reste indéterminée.

Dans un tweet, Sonko s’explique : « Depuis que les FDS m’ont déposé chez moi, je suis sujet à de terribles vertiges, je souffre de douleurs au bas ventre et j’éprouve des difficultés respiratoires. »

Accusation d’une tentative d’assassinat

Ousmane Sonko a pointé du doigt le président Macky Sall, l’accusant de se livrer à une « énième tentative d’assassinat sur ma personne ».

Guy Marius Sagna, également victime

Guy Marius Sagna, qui accompagnait Ousmane Sonko le jour de l’incident, a également été exposé à une substance sous forme de gaz, qui l’a empêché d’ouvrir les yeux et de voir correctement pendant plus de 30 minutes.

Les substances possibles

Deux types de gaz qui sont dans l’arsenal des Forces de l’ordre pourraient être en cause : le gaz lacrymogène classique, souvent utilisé sous forme de grenade qui explose ou sous forme spray, et le gaz lacrymogène au poivre sous forme spray également. Senego.com détaille les effets de ces deux substances.

Gaz lacrymogène CS : effets et risques

Le gaz lacrymogène CS, ou chlorobenzyzylidène malononitrile, est un agent irritant puissant dont les effets surviennent en 10 à 30 secondes. Selon le Guide toxicologique pour les urgences en santé environnementale de l’Institut national de santé publique du Québec (Canada), la marge de sécurité est jugée assez importante, car les symptômes irritants se produisent à des concentrations bien inférieures à la concentration létale. Toutefois, le CS ne peut être considéré comme sans risque.

En présence d’une source d’ignition, le CS est inflammable et se diffuse sous forme de fumée lorsqu’il est mélangé au phosphore dans une grenade lacrymogène. Lorsqu’il est chauffé jusqu’à sa décomposition, il émet des fumées très toxiques. L’œil est l’organe le plus sensible au CS, suivi des voies respiratoires et de la peau. En cas d’exposition excessive, un œdème pulmonaire et des brûlures chimiques irréversibles sur l’épithélium cornéen peuvent survenir.

Gaz lacrymogène au poivre : effets et risques

Le gaz lacrymogène au poivre, ou oléorésine de capsicum, est utilisé contre les individus à courte distance (environ 5 mètres) et provoque une irritation sévère mais temporaire des yeux, du nez, de la bouche et des voies respiratoires. Les atteintes graves à la santé restent rares, mais des brûlures sont possibles dans certaines conditions d’utilisation.

L’oléorésine de capsicum est un mélange huileux extrait de piments forts des espèces Capsicum Annuum et Capsicum Frutescens. Les yeux sont les organes les plus sensibles aux effets du capsicum, mais il peut également affecter le système digestif s’il est avalé. La plupart des effets disparaissent généralement en 20 à 30 minutes.

Pour l’heure, aucune confirmation officielle n’a été apportée quant à l’exposition d’Ousmane Sonko aux gaz évoqués dans notre article. Les partisans de M. Sonko affirment ignorer la nature de ces substances et, par souci de prudence, souhaitent que leur leader puisse disposer de son passeport pour se faire soigner à l’étranger par des médecins spécialisés.

→ A LIRE AUSSI : Ousmane Sonko : « Je ne souhaite pas être évacué, c’est un piège » (vidéo)

→ A LIRE AUSSI : Sonko malmené : L’ex colonel de l’armée fait une déclaration qui fait peur, « Bèp Alkati bou… » (vidéo)

→ A LIRE AUSSI : Procès Ousmane Sonko – Mame Mbaye Niang : Les partisans se bagarrent