Mariam Sow l’enfonce : ‹ Sidiki est un homme violent, c’est un habitué des faits› « Il m’a séquestrée durant 2 mois »(Photos)

0

« Sidiki Diabaté m’a séquestrée durant 2 mois » dixit Mariam Sow qui se confie sur les violences qu’elle a subies aux côtés de l’artiste (les photos sont choquantes)

Plus les jours passent, plus les révélations tombent. Sidiki Diabaté est de plus en plus dans la tourmente suite à l’affaire de la jeune femme qui l’accuse désormais de violences conjugales.

Nous vous en informions à Gnadoè il y a quelques jours, Mariam Sow (guinéenne vivant au Mali), encore connue sous le pseudo Mamasita, a été aperçue sur des photos terrifiantes. Photos sont les internautes se servent pour accuser le prince de la Kora de violences. Ce dernier l’aurait frappée à plusieurs reprises durant leur relation.

Elle s’est exprimée durant une émission radio en direct ce 17 septembre

Interrogée sur le plateau de l’émission Les Grandes Gueules de la chaine Espace Guinée, elle a révélé les détails de cette affaire et sa version des faits.

Tout d’abord concernant les photos qui ont circulé et qui montrent le corps tuméfié d’une jeune fille, la jeune femme confirme qu’il s’agit bel et bien d’elle. Mais que les images datent d’il y a un an environ et qu’elle ne sait pas comment elles se sont retrouvées sur le net. Elle assure ne pas les avoir diffusées.

Ensuite, elle affirme que leur relation date de 7 ans déjà et que la famille tout comme les amis de Sidiki la connaissent très bien. Les violences, elle les a subies plusieurs fois, et certaines étaient pires que sur les photos. Elle affirme qu’il la battait même avec des rallonges électriques. Mais elle est restée par amour, pensant que Sidiki allait changer.

Enfin, elle révèle devant ses auditeurs ébahis, qu’elle a été séquestrée pendant deux mois dans une maison avec un gardien par Sidiki. Et qu’elle a réussi à s’échapper finalement. Actuellement soutenue par des organismes des droits sociaux au Mali, elle compte porter plainte aujourd’hui même.

Beaucoup de questions se posent

Ces informations graves sont révélées peu après le démenti formel du manager de Sidiki Diabaté qui affirme ne pas connaître Mariam Sow et estime que ces accusations n’ont pour seul but que de nuire à son artiste.

Questionnée sur le fait qu’elle s’est tue depuis longtemps, Mariam Sow affirme que c’est uniquement par amour. Elle supposait que Sidiki la battait par jalousie et donc que cela lui passerait forcément à un moment. Mais désormais elle en a marre et trop c’est trop.

Tandis que certains la soutiennent, d’autres estiment qu’elle cache quelque chose ; estimant qu’il y a trop de zones d’ombre dans son histoire. Les photos dévoilées par hasard, l’agression datant d’il y a un an, l’accusation de séquestration sans preuves … Pour d’autres encore, elle fait peur à Sidiki pour qu’il vienne lui demander pardon.

Cependant une chose est sûre, ces accusations écornent sérieusement l’image de Sidiki Diabaté, lui l’artiste chéri des femmes, qui chante leur beauté et leur amour. Nul ne sait pour l’instant ce qu’il pense de la situation puisqu’il ne s’est pas encore exprimé. Suivez-nous pour ne rien manquer de la suite de cette histoire.

Vous pouvez suivre l’interview de Mariam dans la vidéo du direct de l’émission. Elle intervient durant 10 minutes, de la 58è minute à 1h08min

gnadoemagazine.com

Tout savoir sur Mariam Sow, l’ex-petite amie de Sidiki Diabaté qui l’accuse de violence conjugale

Depuis quelques jours, l’artiste malien Sidiki Diabaté est impliqué dans une affaire de violence conjugale sur sa copine du nom de Mariam Sow.

Selon les informations, la jeune connue sous le pseudo de Mamasitaviirus a subi plusieurs agressions sexuelles et physiques de la part de l’artiste. Elle aurait selon les dires avorté à plusieurs reprises juste pour faire plaisir à Sidiki Diabaté.

Mais qui est Mariam Sow cette jeune fille dont le corps mutilé circule sur la toile ?

1- L’ex-petite amie de Sidiki Diabaté

Selon nos sources, mariam Sow est la petite amie de Sidiki Diabaté depuis belle lurette. En effet, Mariam Sow et Sidiki Diabaté vivent leur histoire d’amour depuis 2013. Une idylle qui tend vers sa fin. Car Mariam Sow lors d’une interview affirme en avoir ras-le-bol des actes de son homme. Et qu’il serait préférable de mettre fin à leur relation.

2- Ses Origines

Autre chose que nous savons sur Mariam Sow est qu’elle est Guinéenne et vit au Mali depuis longtemps puisqu’elle a été abandonnée par ses parents biologiques. Livrée à elle-même, elle a décidé de s’aventurer au Mali. C’est donc au Mali qu’elle a rencontré l’artiste. Et de là naquit une histoire d’amour.

3- Une amoureuse des réseaux sociaux

Toujours dans nos recherches, nous avons découvert que Mariam Sow est une amoureuse des réseaux sociaux. Elle passe la plupart de son temps sur le réseau Tiktok où elle arrache le sourire à ses abonnés à travers ses vidéos hilarante qu’elle publie.

Notons que malgré les vagues d’accusations sur sa personne, Sidiki Diabaté a préféré être l’allié du silence et laisser le temps faire son travail.

Violences Conjugales : Les Lignes Bougent, Mamasita Porte Plainte Et Sidki Diabaté Serait Activement Recherché

Depuis plusieurs jours, l’affaire Sidiki Diabaté MamaSita fait la une de l’actualité people dans plusieurs pays de la sous-région, ainsi que sur les réseaux sociaux.

Depuis la publication des photos de Mamasita, ex compagne de Sidiki, les réseaux sociaux se sont enflammés, et les féministes se sont mobilisés pour apporter leur soutien à la jeune dame victime de violences conjugales. Leur détermination a commencé à porter ses fruits et les lignes ont commencé à bouger.

La jeune dame qui, pendant longtemps a gardé le silence, avait afin décidé de porter plainte suite aux encouragements de plusieurs féministes et autres personnalités. Selon les informations recueillies auprès des medias locaux et certaines proches de l’affaire, une plainte serait déposée contre Sidiki Diabaté auprès du parquet du tribunal de la Commune 3. L’incorruptible procureur Mahamadou Kassogué serait en charge de l’enquête.

Ces groupes de soutiens sont de toute suite devenus un lobbying qui a fait bouger les lignes au niveau de certaines structures comme AFRIMMA. Et dès après le dépôt de la plainte, la structure a aussitôt retiré Sidiki Diabaté qui était parmi les nominés des meilleurs artistes de l’Afrique de L’Ouest. « Nous annonçons le retrait des nominations de l’artiste malien Sidiki Diabate. Cette mesure est nécessaire en raison des graves allégations de coups et blessures à son encontre. Afrimma est un organisme qui défend la musique africaine et bien que les talents de Sidiki Diabate soient reconnus, nous sommes contre les coups et blessures de tout être humain et ne tolérons pas ce genre de comportement. » Peut-on lire sur la page de la strcuture

Un acte qui a mis Sidiki Diabaté dans tous ses états et a réagi à travers sa structure « Diabatéma Music »

J’ai appris avec étonnement et de déception le retrait de ma nomination dans les catégories au AFRIMMA.

« Je tiens à informer l’opinion nationale et internationale afin de rétablir cette nomination. Le prétexte évoqué par les organisateurs de récompense porte sur les calomnies et les complots dont fait l’objet de ma personne dans une histoire de violence. Je précise que pour l’heure, ce retrait de ma nomination intervient dans un moment de turbulences. Et jusqu’à preuve du contraire j’exige de tenir en compte La présomption d’innocence .

J’invite les organisateurs à être professionnels, et entrés en contact avec mon staff pour avoir des informations. Les faits reprochés sur ma personne ne sont pas avérés. Et c’est à la justice malienne de juger cette affaire. Les organisateurs ne sont en aucun moment entrés en contact avec mon staff pour s’assurer de mon innocence. Ainsi je réclame le rétablissement de ma nomination et exige des excuses des organisateurs auprès du public pour m’avoir retiré de la compétition sans aucune preuve de culpabilité.

Je précise encore dans cette affaire Je suis innocent, et elle est un complot préparé pour me nuire. Je traduis ce retrait comme une injustice et une atteinte aux droits de vote de mes fans à travers le monde et une discrimination contre le peuple malien en particulier.

Merci à tous pour vos votes et votre bonne compréhension

D.Music»

Toutefois, un collectif dénommé « jesuismamasita » a été déjà créé et qui à ce jour, compte plus 2500 membres. Ce collectif apporte son soutien à Mamasita et compte mener le combat jusqu’à ce que « justice soit faite »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.