Affaire de la diplomate sénégalaise : L’ambassade du Sénégal à Ottawa contredit la décision de la Régie du logement du Québec

0

L’histoire des brutalités exercées sur la diplomate sénégalaise Oumou Kalsoum Sall Niang par la police canadienne à Ottawa ne cesse de faire parler dans ce pays d’Amérique du Nord. En effet, alors que la presse canadienne a fait focus sur les arriérés de loyer d’un montant de 45.000 dollars, soit près de 30 millions que la Sénégalaise devrait à son bailleur, l’ambassade du Sénégal Ottawa conteste cette information largement diffusée dans la presse canadienne. A contrario, la mission diplomatique sénégalaise à Ottawa dénonce une nouvelle fois qu’une diplomate soit battue par la police québécoise. Dans la note, l’ambassade du Sénégal à Ottawa a déploré la diffusion d’informations «fausses et choquantes» sur une de ses collaboratrices, visant, selon elle, à «diluer la gravité» des «violences policières inadmissibles» subies par la diplomate.

L’ambassade du Sénégal à Ottawa contredit la décision de la Régie du logement du Québec contre la diplomate sénégalaise Oumou Kalsoum Sall Niang, qui a été arrêtée et battue par la police provinciale. Alors que l’histoire a fini de mener les deux pays au bord d’une brouille diplomatique, les ministres des Affaires étrangères des deux pays s’étaient entretenues pour apaiser la situation. On croyait alors avoir dépassé cet incident, mais c’était sans compter avec la presse canadienne, qui a par la suite publié une information accusant l’officielle sénégalaise de devoir près de 30 millions F Cfa à son bailleur.

Selon la presse canadienne, la diplomate Oumou Kalsoum Sall Niang doit payer à son ancien bailleur plus de 45.000 dollars pour les dommages causés à une maison meublée qu’elle a occupée du 1er novembre 2018 au 31 octobre 2020. Mais cette information qui, selon la presse canadienne, s’appuie sur une décision de justice, ne convainc pas les autorités sénégalaises basées au pays de l’érable. Samedi, l’ambassade du Sénégal à Ottawa a publié une déclaration mettant en doute les informations des médias canadiens.

Dans cette note d’information, l’ambassade du Sénégal estime que les «allégations» contre Mme Niang «trahissent une volonté manifeste de diluer la gravité de l’incident qui porte sur une violation flagrante et grave des dispositions de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques». Elle regrette aussi que les informations relayées par la presse «soient fondées sur la seule version du bailleur».
Ainsi, entendant «rétablir les faits», la note détaille les longues démêlées de Mme Niang avec son propriétaire, faisant valoir que celle-ci a été de bonne foi tout au long de l’histoire, qu’elle avait subi depuis le début des problèmes de chauffage et d’humidité dus à un non respect des normes de construction et que son propriétaire s’était montré menaçant à son égard.

Exaspérée, Mme Niang a finalement décidé de déménager en octobre 2020 et, lors de la remise des clés, a offert au gestionnaire du logement le dernier loyer dû, ce que celui-ci a refusé. Toujours selon l’ambassade, Mme Niang a reçu quelques mois plus tard par voie d’huissier une demande de paiement de 57.207 dollars (43.000 euros) devant couvrir notamment les frais de reconstruction de la maison.

Mme Niang, de son côté, a indiqué par voie d’avocat qu’elle ne devait au propriétaire que le loyer du mois d’octobre que le gestionnaire n’avait pas voulu prendre. L’ambassade estime qu’à la lumière de ces explications, les accusations portées contre Mme Niang ne tiennent pas. «Rien dans cette affaire ne peut justifier les violences subies par Mme Niang et ses enfants mineurs», conclut l’ambassade en indiquant «suivre de très près l’enquête qui a été ordonnée sur les agissements inacceptables des agents de la police».

Rappelons que la diplomate sénégalaise Oumou Kalsoum Sall Niang, conseillère à l’ambassade de la République du Sénégal à Ottawa, a été détenue et aurait été battue par la police le 2 août à Gatineau, au Québec, de l’autre côté de la rivière d’Ottawa. La police de Gatineau a déclaré avoir été appelée à la résidence pour assister un huissier qui tentait de saisir des biens en lien avec le jugement du tribunal contre elle. La police a aussi déclaré avoir arrêté une femme ayant un statut diplomatique parce que celle-ci a frappé un policier au visage, ajoutant qu’elle avait été plaquée au sol après avoir prétendument mordu un autre policier.

→ A LIRE AUSSI : Mali : Les tristes images de Macky Sall, de passage chez feu Ibrahima Boubacar Keïta (photos)

→ A LIRE AUSSI : Nombre de morts lors des manifestations au Sénégal : Ces chiffres qui font froid dans le dos

→ A LIRE AUSSI : Kaolack : un carambolage fait un mort et une vingtaine de blessés, ce lundi 15 aout