Affaire Younousse Sankharé : L’international sénégalais menacé de mort par son président, ce dernier dément

0

Younousse Sankharé vit des jours sombres du côté de la Turquie. Transféré gratuitement, l’été dernier, à Giresunspor, en provenance du Panathinaïkos (Grèce), pour 2 ans ; l’ancien bordelais semble être poussé vers la sortie par son club turc, qui emploierait des méthodes peu orthodoxes.

« Le directeur sportif m’avait déjà demandé de rendre mon appartement et ma voiture. Ils utilisent tous les moyens de pression possibles. Là, hier (lundi), le président me lâche clairement des menaces. Il m’a dit : « Je retiens les supporters depuis longtemps. Désormais, s’il t’arrive quelque chose, ce ne sera plus mon problème. » J’ai essayé de tempérer et il m’a raccroché au nez », a raconté l’international sénégalais (7 sélections) dans les colonnes de l’Equipe.

Auteur de 9 apparitions avec l’actuel 16e de Super Lig (26 points), Younousse Sankharé n’entre plus dans les plans de sa formation. « On a bien vu qu’ils voulaient se séparer de lui et faisaient tout pour le rendre dingue. C’est un comportement schizophrénique. Le but déguisé, c’est de ne pas payer son salaire. (…) Quand le président annonce pouvoir divulguer son adresse aux supporters, on peut avoir les plus grosses craintes pour Younousse, alerte Me Harir. Je lui ai conseillé de rester dans les lieux publics, et jamais seul. On a aussi pris attache avec l’ambassade », a évoqué Saïd Harir, l’avocat du joueur.

Suite au tollé médiatique causé par ces révélations, Giresunspor a apporté sa part de vérité et le club turc nie tout en bloc. « Les nouvelles et allégations infondées concernant notre footballeur Younousse Sankharé dans certains médias et réseaux sociaux ne reflètent pas la vérité. Nous rejetons totalement ces attitudes et comportements malveillants qui accusent et humilient notre club. Toutes les procédures judiciaires liées au sujet ont été engagées et des informations détaillées seront partagées avec le public par notre club », a déclaré son club dans un communiqué. Le joueur de 32 ans affirme vivre actuellement dans la peur à chaque fois qu’il se rend aux séances d’entraînements, « Je m’inquiète vraiment pour ma sécurité. Je ne suis pas serein du tout. Sincèrement, je ne sais pas quoi faire ».