Application SeneNews

Disparition des agents de renseignement : les révélations du journal le Quotidien qui suscitent des interrogations

0

Le parquet a ordonné une enquête sur la disparition de l’Adjudant-chef Didier Badji en service en l’inspection Générale d’État et le Sergent Fulbert Sambou, de la Direction des renseignements militaires révélée en exclusivité par Senenews. Ils sont portés disparus depuis la soirée du samedi 19 novembre.

Selon Le Quotidien, les premiers éléments de l’enquête s’orientent vers une disparition volontaire. En effet, En effet, selon ce journal, la disparition des deux agents du renseignement serait liée à l’arrestation de leur collègue gendarme.

Mais cette révélation suscite mille interrogations. Comment deux professionnels aguerris, qui se sont rendus le plus normalement du monde à leurs bureaux respectifs, avant de s’adonner à leurs hobbies (la pêche), peuvent-ils disparaître volontairement ? Comme par enchantement ! Ça n’a pas de sens !

Dans l’article du journal, ce qui est suspicieux, la « disparition volontaire » des deux agents du renseignement est fondée sur des hypothèses et non sur une enquête approfondie. Ce qui donne un caractère trop léger à l’article.

Une information aussi sensible ne doit pas être traitée sur des conjectures. On ne sait rien des circonstances de leur disparition. D’ailleurs le terme disparition renvoie à un statut en droit. Est-ce que la scène n’est pas une mise en scène ?  Une mise en scène des disparus ou de leurs ravisseurs ? Il  faut attendre le résultat des investigations pour en savoir la cause.

Tout semble concourir à la manipulation. N’a-t-on pas organisé cette disparition pour orienter l’enquête vers Pape Alé Niang ?  Ne travaille-t-on pour l’orientation des opinions ?  Toutes ces questions taraudent nos esprits. Depuis un certain temps, on assiste plus à de la désinformation qu’ l’information.

Qui croire ? Comment déceler le vrai du faux ? L’arrestation de Pape Mamadou Seck risque de créer plus de questions que de réponses.

Cette affaire de disparition des deux agents du renseignement pue la manipulation et comme dans le dossier de l’arrestation de Pape Mamadou Seck arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’affaire de la « Force spéciale »

La police en charge de l’enquête sur l’évasion de Pape Mamadou Seck a donné sa version des faits. Tout le contraire de ce qu’avait avancé l’administration pénitentiaire.

Son évasion n’avait rien de spectaculaire comme l’a voulu faire croire les agents pénitenciers. Les enquêteurs ont cherché à savoir comment un homme supposé être malade a pu s’échapper du Pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec dans la nuit du 9 au 10 juillet 2022.

D’après les matons de garde, Seck s’est évadé en taillant les barres de fer de sa cellule. Il n’en est rien, car le détenu souffrirait de problèmes rénaux, raison pour laquelle il avait été hospitalisé au Pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec.

Dans l’affaire des Forces spéciales, il n’y avait que deux à trois journaux qui traitaient exclusivement l’information de la même manière. Jusqu’à ce jour, aucune preuve tangible n’arrive à déterminer l’implication de Mamadou Seck, Amy Dia etc… dans l’affaire des Forces spéciales »

→ A LIRE AUSSI : Disparition mystérieuse de deux agents de renseignement sénégalais : Le parquet ouvre une enquête (communiqué)

→ A LIRE AUSSI : Pape Alé Niang réagit depuis sa cellule : « J’espère que la ligne rouge n’a pas été franchie avec les disparus »

→ A LIRE AUSSI : Gyan Asamoah sur la défaite du Sénégal : « C’est l’erreur qu’ils ont fait »