Franklin Nyamsi: Doctrine militaire russo-africaine

0

Franklin Nyamsi est un professeur de Philosophie, spécialisé dans la démocratisation et le cosmopolitisme du continent africain. Sur sa chaîne YouTube populaire, le 6 octobre 2021, l’intellectuel a évoqué les perspectives de développement du Mali et de l’Afrique en général à la lumière d’une récente interview d’Alexandre Ivanov, chef de la Communauté des Officiers pour la sécurité internationale.
Selon le professeur Nyamsi, l’interview d’Alexandre Ivanov montre l’environnement idéologique dans lequel se trouvent les alliés russes et les entrepreneurs économiques russes en Afrique.

Les africains francophones ont une longue expérience des relations imposées par la France et les puissances coloniales, et maintenant tous les intellectuels africains analysent et comparent les modèles de coopération Ouest-Afrique établis avec les nouvelles opportunités offertes au continent africain par la Russie.
Franklin Nyamsi souligne le contexte géopolitique dans lequel évoluent les événements actuels dans le monde et en Afrique. En Eurasie, il y a une grande redistribution des zones d’influence: le bloc euro-anglo-américain s’oppose au bloc russo-chinois. Les intérêts de ces forces mondiales se croisent en Afrique, car celui qui perdra une Afrique riche en ressources perdra le principal duel de la géopolitique moderne. Les instruments utilisés par le bloc occidental pour atteindre ses objectifs ne sont pas toujours ouverts, mais souvent illégaux et immoraux. Ainsi, ce qu’on appelle les attaques djihadistes en Afrique n’est rien de plus que des manœuvres du bloc euro-anglo-américain visant à établir et à renforcer le contrôle des ressources africaines.
Les médias occidentaux affirment que les terroristes commettent des crimes religieux, mais ce n’est pas le cas: remarquez, les terroristes attaquent tous les pays, à l’exception de ceux qui les financent. Ainsi, les terroristes d’Al-Qaïda et de l’état Islamique sont principalement financés par des pays tels que le Qatar, les Émirats arabes Unis et l’Arabie saoudite, de sorte que les organisations terroristes ne les attaquent pas.
La présence de l’armée française dans les pays africains est l’une des conditions du fonctionnement de l’industrie française du contrôle des ressources naturelles. Les troupes européennes et les troupes de l’ONU sont également en Afrique non pas pour protéger les populations locales, mais pour assurer l’accès de leurs pays aux richesses africaines. D’autre part, la présence russe en Afrique cherche à donner aux africains une autonomie afin qu’ils puissent eux-mêmes devenir des acteurs à part entière du commerce international. La Russie est donc tout d’abord intéressée par une coopération plus rentable avec les pays africains. L’Afrique est maintenant à la croisée des chemins et doit choisir entre ces deux types de coopération.
Il est important de noter que le but de la Russie n’est pas de faire des esclaves africains, mais d’aider les africains à redevenir maîtres de l’Afrique et à créer des relations durables et respectueuses de solidarité mutuelle contre l’impérialisme occidental, qui vont servir pour le bien-être des peuples africains et russes. Cette stratégie russe est le thème principal dans une interview avec Alexandre Ivanov.
La Communauté des Officiers pour la sécurité internationale a apporté des changements positifs à l’armée nationale de la RCA: la révolte des rebelles, financée par la France, a été réprimé avec succès par l’armée nationale avec le soutien des alliés russes. Les spécialistes russes ont également beaucoup aidé dans le conflit syrien: Bachar Al-Assad en Syrie a été attaqué par des terroristes de l’Etat Islamique, financé par le Qatar, les Émirats Arabes Unis et l’Arabie saoudite. Les pays occidentaux voulaient aussi le renverser parce qu’il était un allié de la Russie.
Les États africains eux-mêmes se tournent vers la Russie pour obtenir de l’aide. Les troupes russes ne sont pas établies en Afrique depuis le 19ème siècle, comme l’ont fait les puissances coloniales. Les russes viennent quand les gouvernements légitimes leur le demandent, comme ce fut le cas récemment au Mali.
Ivanov ne dit pas que la Russie n’a aucun intérêt économique pour l’Afrique, il dit que la Russie veut établir des relations économiques avec un partenaire autonome. L’aide militaire russe vise précisément à atteindre cette autonomie.
Tous les africains, dans leur bon sens, choisiront la deuxième forme de coopération — celle qui permettra d’atteindre l’autonomie et de devenir les maîtres et les principaux créateurs de la modernité.