Meurtre de son père : Le verdict est tombé pour Waly Diouf

0

Meurtre de son père : Le verdict est tombé pour Waly Diouf

La chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour a jugé un cas assez particulier et complexe dans les faits. C’est un cas de parricide dont l’auteur ne se souvient même pas des faits.

D’ailleurs Me Niane, avocat de l’accusé, dit avoir survolé une trentaine de pages de cette affaire et juge que c’est la caverne d’Ali Baba qui a été présentée à la cour.

En effet, les faits se sont déroulés le 26 septembre 2015, jour de la célébration de la fête de tabaski, à Foi, dans la commune de Joal. Ce jour, Waly Diouf, 50 ans, marié et père de 5 enfants a tué son père Robert Simon Diouf. Il a asséné quatre coups de bâton à son père et a été inculpé de parricide.

Les témoignages assurent que Waly Diouf et son défunt père étaient de très bons amis et qu’ils s’entendaient bien. Mais les faits se sont entremêlés car Waly avait soutenu que son père lui avait asséné un coup de couteau sur la paume de la main. Qu’il avait aussi manqué de respect à sa femme et les invités qu’il recevait. Il a alors pris un bâton dans sa chambre et a frappé son père à la tête. Parfois, il est indiqué que Waly Diouf s’était blessé lui-même en tombant sur un tronc d’arbre.

En tout état de cause, il est avéré que les deux hommes étaient dans un état d’ébriété très avancé. Il argumente avoir riposté au coup de couteau de son père qui s’est acharné sur lui. Après le coup fatal, il n’a pas essayé de secourir la victime. Il s’est engouffré dans sa chambre pour dormir. Le père décède en cours d’évacuation d’un traumatisme cranio-encephalique. Au cours de son évacuation, une bouteille de Gin est tombée de la poche de son pantalon.

Pour l’avocat général, Waly Diouf s’est acharné sur son père et l’a tué pour des raisons que lui seul sait. « Il a fait montre d’un froideur extrême. Il s’est enfermé dans sa chambre sans se soucier de l’état de son père. Pris par le remord, il feint de ne pas se souvenir des faits », explique l’avocat général. Qui a requis la réclusion criminelle à perpétuité contre Waly Diouf.

L’avocat de l’inculpé, Me Niane, a soulevé des incohérences dans le rétablissement des faits. « Amath a assuré que Thérèse Gambal Sarr (mère de Waly) et Ndeye Sene (épouse de Waly) appelées à l’aide parce que Waly était en train de se battre avec son père. Tantôt on nous dit que ni Thérèse, ni Ndeye Sene n’étaient sur les lieux du drame », a soutenu Me Niane.