Revendications : le M2D, toujours non satisfait

0

Le M2D, toujours ferme sur ses revendications. Dans une note, on lit qu’ils ne se sont pas encore satisfaits, même si certaines de leurs revendications ont été respectées. Alors, le M2D reste toujours camper sur sa position et alerte.

 

Des revendications partiellement satisfaites, a appris Sunubuzz, à travers une note du mouvement M2D. “Actuellement, les revendications du M2D ont été partiellement satisfaites. La libération de Guy Marius Sagna et de 19 autres personnes qui avaient été mises en détention dans le cadre de l’affaire Sonko constitue un point en faveur du M2D. Ce dernier « prend acte » mais demeure toujours plus engagé. Les autres revendications n’ont toujours pas été satisfaites et tant qu’il reste à faire, rien n’a encore été fait”, peste-t-il dans le communiqué.

Ainsi, la représentante du M2D Yassine Fall a affirmé qu’à Diourbel, le juge « refuse de libérer les 22 otages politiques. Le M2D ne fera aucun compromis sur la libération des jeunes arbitrairement détenus. » Le collectif se montre donc ainsi ferme dans le cadre de l’obtention d’une réponse favorable et « sans conditions » aux revendications qu’il porte. Dans le même sillage, le M2D exige que la lumière soit faite sur les différentes morts enregistrées au cours des récentes manifestations sanglantes. Il rappelle aussi l’importance de mener une enquête sur les nervis, ces hommes de main qui, aux côtés des forces de l’ordre lors des soulèvements, se sont attaqués aux manifestants.

S’agissant du nouveau report des élections locales qui devaient se tenir à la fin de ce mois de mars, le M2D dit être inquiet. “En réalité, ce n’est pas la première fois que la date de ces élections est repoussée. Ce nouveau report acté par le Conseil des ministres le 25 mars inquiète les membres du M2D” rappelle-t-il. Et de dénoncer : « toute manœuvre consistant à amener ces élections à l’année prochaine et invite les acteurs impliqués dans le processus électoral à mener l’audit du fichier et l’évaluation de manière à maintenir l’élection en 2021 ». Selon les défenseurs de la démocratie, « il faut attendre la fin du dialogue national », pour que ces élections puissent avoir lieu.

Ce, Sunubuzz informe que ce dialogue a été lancé par le président M. Sall en mai 2019. Entre autres sujets à l’ordre du jour au sein de ce dialogue, l’évaluation du processus électoral et un audit du fichier entre autres.

Entre autres, le M2D renseigne que ” Le projet de loi portant report des élections locales a été adopté lors du récent conseil des ministres puis soumis au parlement. Conséquence directe de ce nouveau report, le mandat des conseillers départementaux et municipaux est prolongé. Pour le moment, aucune date n’a encore été choisie pour abriter ces futures élections”. Toutefois, le M2D, dans la note, dit d’être loin “enchanté par l’idée d’une tenue des élections locales en 2022. Il exige leur tenue effective d’ici fin 2021.

Rappel

Le Mouvement de Défense de la Démocratie au Sénégal a été mis en place à la suite de l’arrestation de la principale tête d’affiche de l’opposition sénégalaise Ousmane Sonko le 3 mars. Des personnalités politiques mais aussi des membres de la société civile ont décidé dans la foulée de procéder à la mise en place d’un « cadre d’unité d’action ».

SUNUBUZZ !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accepter l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'interêts. Ok