Série d’agressions sur l’autoroute : Huit jeunes de la « Cité Imbécile » risquent 15 ans de prison

0

Le Parquet a requis, hier, 15 ans de réclusion criminelle contre huit jeunes de la “Cité Imbécile”, accusés d’une série d’agressions sur l’autoroute, en 2018.

Passer nuitamment par l’autoroute était devenu un véritable traumatisme, en 2018. Car, des agresseurs habitant “Cité Imbécile” y dictaient leur loi. Armés et cachés derrière les buissons entre la Patte d’Oie et le reste de l’autoroute, ils profitaient de la pénombre pour attaquer des automobilistes et passagers pour les déposséder, avec violence, de leurs biens. Lorsqu’il n’y avait pas d’embouteillage, les agresseurs posaient un guet-apens en plaçant de grosses pierres sur la route à hauteur de la passerelle des Hlm.

Une patrouille de la Sûreté urbaine a, le 8 octobre 2018, démantelé la bande. “C’était vers les coups de 5 heures du matin. Ils avaient mis des pierres un peu partout sur l’autoroute. Un de mes pneus était endommagé. Une bande d’agresseurs m’a attaqué. J’ai pris la fuite. Ils ont amené ma carte bancaire et mes 30.000 FCfa”, a narré, hier, une des victimes A. Niabaly, à la barre de la Chambre criminelle de Dakar.

M. L. Diémé, une autre victime, roulait à vive allure avant de buter sur des pierres qui ont freiné son élan, endommageant son véhicule. Lorsqu’il s’est arrêté, ses bourreaux ont pris ses deux téléphones et son argent. Quant à E. Faye, il revenait de la zone industrielle à 6 heures du matin. “Alors que je marchais, un groupe est venu par-derrière et quelqu’un a tenté de me donner un coup de couteau. Je me suis battu avec eux avant que je ne sois maîtrisé. Par la suite, ils ont pris mes cartes, mon sac et mon téléphone”, dit-il.

Tout comme M. Diémé qui a reconnu l’accusé A. W. Sow comme étant la personne qui a donné un coup de machette sur son pare-brise, M. Faye a identifié ce dernier ainsi que les accusés L. Diallo, N. A. Sonko. Malgré ces éléments à charge, aucun des huit accusés n’a reconnu les faits. M. Dieng soutient que c’est de retour de travail qu’il a été interpellé et accusé d’appartenir à la bande d’agresseurs alors qu’il est apprenti chauffeur.

M. Camara, dit “Lekk Thiow” ou “Dolé” a, lui-aussi, indiqué être étranger aux faits. En revanche, il a reconnu avoir vendu du chanvre indien à A. W. Sow. Lequel n’a reconnu que le délit de détention et d’usage de drogue.

L. Diallo a laissé entendre que son tort est de se retrouver dans la chambre de A. W. Sow à l’arrivée des policiers. A. Yaro, arrêté alors qu’il tentait d’escalader un mur à l’arrivée des enquêteurs, prétend avoir été accusé injustement par M. Camara qui a conduit les limiers chez lui. Se disant vigile dans une école privée, Sonko dit “Kargo” nie être un agresseur. Quant à A. O. Diallo, il a confié avoir été appréhendé derrière le cimetière de Bel-Air mais ne connaît personne parmi ses co-accusés.

Si les parties civiles Faye et Diémé ont réclamé chacun 500.000 FCfa, Niabaly a demandé que ses intérêts soient réservés. Le Parquet a requis 15 ans de réclusion criminelle, arguant qu’il n’y a pas de doute quant à la culpabilité des accusés. Car, sur les nombreuses personnes, seules les huit accusés ont été renvoyés devant la Chambre criminelle. Persuadés que “ce sont de légères accusations qui ne reposent absolument sur rien”, les avocats des accusés ont plaidé l’acquittement. Le jugement sera rendu le 27 décembre prochain.