Supposée nomination grâce à une promotion canapé : Maïmouna Cissokho fait trembler l’APR

0

Source A révélait il y a quelques semaines que deux membres de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer), dont Meïssa Diop et Moustapha Bassirou Faye, qui vit avec son épouse au niveau du Siège de l’Apr des Parcelles étaient dans le viseur de la Section de recherches.

Ils sont dans de sales draps après une plainte de la directrice de l’agence nationale de la Case des Tout-petits, Maïmouna Cissokho. Ils l’ont accusée d’être nommée grâce à une promotion-canapé.

L’affaire qui se limitait à l’Apr des Parcelles Assainies a connu des développements insoupçonnées. Durant leur audition dans les locaux de la Section de recherches, Meïssa Diop, Moustapha Bassirou Faye et leurs complices, ont été très causants. Confondus par les résultats de l’analyse du contenu de leurs téléphones portables et des réquisitions téléphoniques, les lascars qui se cachaient sous des pseudos pour abreuver d’injures et de fausses accusations la toute nouvelle directrice générale de l’agence de la Case des Tout-petits.

Sommés de s’expliquer les attaques non conventionnelles contre Maïmouna Cissokho, la directrice de l’Agence nationale de la Case des Tout-petits (Anctp), les délinquants sont passés rapidement aux aveux en balançant les noms de leurs commanditaires, déjà identifiés par les enquêteurs de la Section de recherches grâce à leur plate-forme Cybercriminalité. Ces commanditaires qui étaient derrière les administrateurs de la Page Facebook dénommée ‘’En Avant Parcelles’’, des insulteurs de l’Apr soit dit en passant, sont sur la ligne de mire du Procureur de la République, informée par les gendarmes.

Ceux qui ont financé les sauvageons de la Cojer à insulter et accuser Madame Maïmouna Cissokho d’être devenue directrice grâce à la promotion canapé, font feu de tout bois pour tordre la main à la responsable Apériste des Parcelles Assainies. Selon une source proche de Atlanticactu, n’eut été l’intervention d’un haut dignitaire du régime, les malfrats seraient depuis vendredi en train de profiter d’un séjour gratuit à l’hôtel zéro étoile de Rebeuss.

Pour le moment, et en attendant que Maïmouna Cissokho qui subit de fortes pressions pour retirer sa plainte, des “missions de bons offices” sont en train d’être menées entre la plaignante et les commanditaires qui ne dorment plus du sommeil du juste depuis l’éclatement de cette affaire. Les malfrats en garde à vue à la Section de recherches pourront au bout des tractations soit humer l’air de la liberté ou être présentés à Serigne Bassirou Gueye le Procureur de la République.

Pour rappel, au début de ce scandale qui a des relents de règlements de comptes politiques, la plaignante Maïmouna Cissokho, directrice de l’Anctp avait tenu à déclarer : «je ne pouvais plus continuer à me taire, face à ce flot d’invectives, d’injures et de diffamation. D’autant qu’en plus de la respectabilité de ma famille, j’ai un époux qui est une grande personnalité».

Source : Atlanticactu