Taxé de voleur de bœufs, Gaoussou Diallo brulé vif

0

Alors qu’il était parti pour acheter un bœuf, le nommé Gaoussou Diallo a été taxé de voleur de bétails, battu à mort, et finalement brûlé vif par le public du marché à bétails de Niamana, un des quartiers de la capitale malienne (Bamako).
Courant samedi 11 décembre 2021, le pire s’est produit sous les yeux des habitants. La scène à la fois horrible et inhumaine est survenue sur le marché à bétails de Niamana (Garbal), précisément aux environs de 19H.Comment en est-on arrivé à la commission d’un tel fait criminel ? Sur la question, les renseignements reçus nous ont permis d’en savoir plus. Ce jour Samedi 11 décembre, un homme apparemment boucher de son état s’est introduit sur le marché Garbal du quartier. Comme d’habitude, il s’est rendu sur le lieu afin d’acheter un bœuf. Dans son quotidien, il faisait cela en vue de revendre la viande du bœuf acheté sur le marché. Comme malheur ce jour, le seul tort de Gaoussou a été le fait qu’il avait mis ses pieds sur le marché. Suivant le témoignage d’une de ses connaissances, Gaoussou s’est rendu sur le marché parce qu’il avait une commandante particulière ce jour-là. D’après elle, les voisins du boucher de son état avaient une cérémonie de mariage chez eux. Gaoussou avait alors été consulté par ses voisins pour qu’il leur ravitaille en viandes à l’occasion de ladite cérémonie. Une fois au marché, Gaoussou a choisi le bœuf qu’il voulait acheter. Il s’est mis à discuter sur le prix avec le vendeur concerné de l’animal. Pendant ce temps, un homme s’est soudainement approché de lui et a commencé à lui insulter, soutient un témoin. C’est ainsi que les altercations ont déclenché entre les deux hommes, selon les précisions. Au cours des discussions, des présumés partisans de l’adversaire du jour du boucher Gaoussou se sont mêlés dans l’affaire, nous précise-t-on. « Ils sont venus au secours de l’autre homme en battant Gaoussou Diallo. Ils lui ont accusé de voleur de bétail. Après l’avoir violemment battu à mort, ils n’ont pas hésité à lui brûler vif », indique-t-on. Ainsi, il ressort dans certaines informations que Gaoussou Diallo était pourtant connu sur le marché de Niamana. Sous couvert d’anonymat, l’un des témoins confie que la victime a été inhumée le même soir aux environs de 23H.Parce que le peu de corps restant ne pouvait pas être conservé longtemps, tellement qu’il avait été incinéré par le feu. De source concordante, il ressort aussi que le malheureux Gaoussou était domicilié au quartier Yirimadio de Bamako. Il était marié à deux femmes et père de 5 enfants, ajoute-t-on.
La question : c’est pourquoi a-t-il été comparé à un voleur de bœuf dans un endroit où certains gens reconnaissent qu’il achetait effectivement ses viandes là-bas ? Conformément à d’autres indiscrétions, il convient de retenir que l’homme ayant provoqué la scène en proférant des insultes contre la victime est le premier époux d’une des deux femmes de Gaoussou. S’agissant de la femme qui a divorcé avec l’homme en question et qui se trouve actuellement marier avec la victime qui a malheureusement cédé ce monde. S’en tenant toujours aux révélations, Gaoussou s’était pourtant fait accompagner par un homme, pour l’achat du bœuf qu’il comptait abattre pour la cérémonie de ses voisins. Son accompagnateur a, lui-aussi, frôlé le lynchage du public. Par chance, indique-t-on, il a pu s’échapper à la mort. C’est ce dernier qui a porté la nouvelle à la connaissance des policiers en poste à Niamana et le commissariat de police du 13ème Arrondissement de Bamako, a-t-on appris. Si réellement la victime n’était pas un voleur que le public a fait croire au monde, doit-on alors dire que c’est l’ex-époux d’une de ses femmes qui s’est ainsi vengé de lui ? En tout état de cause, les enquêtes déjà enclenchées par la police permettront d’en savoir plus sur ce dossier.

→ A LIRE AUSSI : Khombole : un charretier poignarde son ex-épouse et se donne la mort

→ A LIRE AUSSI : Kawtef : Un célèbre Sénégalais trahi par sa femme, achète une poupée à 6 millions pour la remplacer Regardez

→ A LIRE AUSSI : Niang Kharagne Lo opéré