Tombé sous le charme d’une femme, un maître coranique dérobe 4 millions pour la draguer

0

Pour les beaux yeux de l’amie de sa patronne, dont il est éperdument tombé sous le charme, le maître coranique Omar Niang va poser des actes délictuels qui lui ont grandement ouvert les portes de la citadelle du silence. Il va dérober dans un magasin, dont il a la gestion, diverses marchandises et un joli pactole de 4 millions, afin de se la couler douce avec sa copine.

Démasqué, il a fini entre quatre murs. Au terme de quelques jours de détention préventive, le maître coranique a été attrait à la barre du Tribunal de grande instance de Kaolack.

Les débats d’audience ont été l’occasion de révéler les secrets de cette histoire d’amour qui a conduit à la faillite du magasin, dont il avait la gérance.

Nous sommes dans le courant du mois de décembre 2019. A l’époque, le maître coranique Omar Niang qui avait l’habitude de fréquenter, à ses heures perdues, la boutique de la dame Fatou Ndiaye, a fini par gagner la confiance de celle-ci. Quelques mois plus tard, à sa demande, il s’est vu confier la gestion de ce magasin qui avait fait le plein de marchandises et qui refusait du monde.

Emerveillé par cet essor, le maître coranique va se révéler sous une autre facette. Il affiche des goûts de luxe et fait la connaissance d’une femme mariée qui est amie à sa patronne. Tombé amoureux de la dame mariée, Omar Niang déroule une véritable opération de charme pour la conquérir. Pour ce faire, il ne lésine pas sur les moyens et couvre sa conquête de cadeaux achetés avec les recettes tirées de l’activité commerciale du magasin. Mieux, la dame qui habite à seulement quelques pâtés de maisons du magasin, se ravitaillait désormais sans bourse délier dans ce commerce. Les besoins de la dame et ceux de sa famille n’étaient plus facturés. Une opération de charme qui a fini par porter ses fruits. La dame accepte le principe d’une aventure amoureuse avec le maître coranique, au grand dam de la propriétaire du magasin.

La gabegie, Omar Niang l’étant en faveur des pensionnaires de son école coranique, désormais alimentés avec de l’eau minérale, de desserts faits de fruits. Ses largesses, il les faisait aussi au profit de ses camarades maîtres coraniques qui avaient fini de faire du magasin, leur point de rassemblement.

Le mois dernier, lorsque la femme d’affaires, Fatou Ndiaye, propriétaire du magasin, jette un œil dans ses finances, elle manque de tomber des nues, après avoir constaté que son business est tombé en faillite. Mieux, le magasin s’était vidé de ses marchandises et la caisse présentait un passif de 4 millions de FCfa. Elle a fini par porter plainte contre le maître coranique, arrêté et envoyé en prison.

A la barre du Tribunal de grande instance de Kaolack, le prévenu dira être actionnaire dans ce business. «J’ai investi dans ce commerce la somme de 425 000 FCfa», s’est-il défendu en compagnie de sa copine, entendue à titre de témoin.

Le parquet a requis 6 mois ferme, assortis de 4 millions d’intérêts civils. Un réquisitoire suivi à la lettre par le juge. Le maître coranique qui s’était présenté à la barre libre, a été mis aux arrêts à l’audience et conduit à la cave en vue de rejoindre sa cellule à la prison de Kaolack.