Marche des jeunes de Keur Massar, discours et photo

0

Une citoyenneté sans engagement politique est un corpus vide et sans substance. De par cet adage, nous voulons rappeler aux citoyens, aux administrés que la gestion de la Cité (la Politique selon son étymologie) est inhérente à toute personne qui y réside. Le citoyen est, par essence, l’acteur politique le plus proche de lui-même, le plus crédible pour lui-même. Il est au début et à la fin de toute une chaîne : celle qui relie les différentes couches de sa localité. Point n’est besoin de rappeler que l’union contre toutes les agressions engendre une force qui transcende les statuts socio-culturels. La force du citoyen, en effet, réside en ce qu’il est capable d’entreprendre pour vivre mieux et épanoui. Sa capacité à la résilience devient même multiforme si son semblable s’engage à ses côtés.

C’est pourquoi, le mouvement « Sameu Sunu Deuk » Keur Massar appelle tous les fils de la commune à adhérer à cette cause noble. Ce présent mouvement appelle les uns et les autres à la mobilisation pour défendre les intérêts des populations. Il ne s’agit pas de trouver des compromis mais de trouver des solutions à l’anarchie qui règne dans la commune. Il s’agit, par-dessus tout, d’éveiller les consciences de toute la chaîne citoyenne.

Ainsi de Ndiandiourane, à Aladji Pathé englobant les 17 unités des PA, en passant par Grand Médine, Keur Baka, Case Ba ou Médina kel, Darou Missette jusqu’aux cités ; Ainoumady, Dior, Darou Salam, Municipal, La Linguére, Extension sans oublier les quartiers mythiques d’Arafat, nous vous tendons la main.

Ce combat doit non seulement transcender les rivalités, les inimitiés et les divisions entre anciens et nouveaux habitants du quartier. Toute tentative de positionnement pour des intérêts personnels doit être proscrit pour ne former qu’un seul bloc face à des adversaires très déterminés. L’expérience a montré que certains mouvements se disloquent faute de coordination, faute de cohésion interne. Ceci dit, il faut impérativement éviter de prêter le flanc. Il urge de se concentrer sur les objectifs de départ pour des actions fructueuses et pérennes.

Ainsi donc la présente lutte, passant par une mobilisation exceptionnelle, se veut réformiste, constante et impartiale. Elle dépasse les querelles partisanes et politiciennes. Elle ne vise pas une administration locale encore moins le maire de Keur Massar, qui à travers sa démarche s’est rendu impopulaire auprès d’une grande partie de ses administrés.

Bien au contraire, notre combat rejoint les principes de bonne gouvernance territoriale. Nous voulons appeler à l’unité et au changement de paradigmes. Il n’y a pas de plus beau cadeau de la part d’une administration locale que d’offrir à ses populations toute la quiétude qu’elles méritent : sécurité, bien-être, éducation, santé, travail, entre autres.

 

Chers concitoyens, cette marche contre l’occupation anarchique n’est que le début d’un processus long et tortueux, seule une synergie nous permettra d’esquiver les écueils et d’atteindre les objectifs fixés.

Vive Keur Massar !

Jook – Jeeuf – Jooubal

 

→ A LIRE AUSSI : Gana Gueye très en colère contre ses coéquipiers, la caméra dévoile ses mots (photos)

→ A LIRE AUSSI : M. Shake: « Loutax Mo Gates Jiigne Wally Niary Tour? » (vidéo)

→ A LIRE AUSSI : L’audio fuité de ce maire apèriste qui choque la toile (Audio)