Le procureur de la République serait malade, Macky sur le point de nommer un autre, les boys de Sonko jubilent !

0

Depuis les évènements du mois de mars, il y a eu beaucoup de changement opéré par le président Macky Sall, surtout du coté sécuritaires. Il l’a dit : « cela ne se reproduira plus jamais ». Après la police, la gendarmerie, l’armée, entre autres, c’est le tour de la justice. Selon les sources, Macky est sur le point de nommer un nouveau procureur de la République, qui remplacera Serigne Bassirou Guèye.

« Il y a des pays où un citoyen normal ne penserait pas une seconde à attaquer une gendarmerie, là où on stocke des armes, attaquer des tribunaux et brûler la maison des gens comme cela gratuitement. Mais cela ne se reproduira plus ! », voila son propos lors du conseil présidentiel de l’emploi.

Alors pour tenir parole, le chef de l’Etat Macky Sall a procédé à des aménagements sur tous les plans presque, surtout en renforçant le dispositif sécuritaire.

Et là, Sunubuzz, par le biais des confrères apprend qu’il est sur le point de faire encore un changement stratégique, en remplaçant le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye.

D’après les informations, Macky a déjà trouvé l’homme, le successeur de l’actuel procureur, qui a occupé ce poste depuis 2013. D’après les renseignement, c’est évident qu’il sera un magistrat émérite qui devrait incessamment être nommé par le conseil supérieur de la magistrature comme procureur de la république pour compléter le nouveau dispositif sécuritaire de Macky Sall. 

Bassirou Guèy serait malade…

En tout cas depuis hier, des informations circulent sur les réseaux sociaux, disant que Bassirou Guèye est évacué à Paris, parce qu’il serait atteint d’une pathologie AVC.

Certains des militants de l‘autre camps ont commencé même à jubiler.

SUNUBUZZ !

→ A LIRE AUSSI : Ce que vous ignorez sur le « LABAN de Sokhou Bb Biniou Dougeul thi internet  » (Vidéo)

→ A LIRE AUSSI : Tirs de grenades lacrymogène à Grand-Dakar ! (video)

→ A LIRE AUSSI : « Sonko veut installer la peur et favoriser les conditions d’un désordre institutionnel à l’image des saccages et pillages du mois de mars » (Mahécor Diouf)