Malade mental tué par un guérisseur à Pikine : comment le Sénégal est arrivé à ce stade de mal gouvernance sanitaire ? (Par Ansoumana DIONE)

0

Mouhamadou Moustapha DIAGNE, âgé de 24 ans et souffrant de troubles mentaux, a été battu à mort, en présence de sa mère, le jeudi 04 août dernier. Les faits se sont déroulés au technopole, à Pikine, dans un centre dit de guérison. Ainsi, les sept malfaiteurs, incriminés dans cette grosse affaire, secouant notre système sanitaire, ont été tous arrêtés par la police et seront présentés au Procureur, ce mercredi 10 août.

Comment le Sénégal en est arrivé à ce stade de mal gouvernance sanitaire, causant le décès tragique de nombreux malades mentaux, battus à mort dans des faux centres de traitements, ouverts à travers le pays, par des guérisseurs traditionnels ? Le Procureur de la République doit prendre toutes ses responsabilités pour mettre la lumière sur ce grave fléau et s’adresser aux populations, pour leur sécurité et leur bien-être.

Il est temps que la santé mentale, longtemps négligée par nos gouvernements, ceux du chef de l’Etat Macky SALL, en particulier, fasse l’objet d’un débat national, avant que l’irréparable ne se produise. D’ailleurs, le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), Ansoumana DIONE, interpelle les forces vives, pour un sursaut national autour de cette problématique.

Pour cela, Ansoumana DIONE qui tient le chef de l’Etat Macky SALL comme étant le principal responsable des maux dont souffrent les sénégalais, en matière de santé mentale, l’invite à bien vouloir lui accorder une audience, pour apporter des solutions idoines aux problèmes des citoyens atteints de troubles mentaux. Personne n’a le droit de tuer un malade mental qui a droit aux soins. N’est-ce pas, Monsieur le Procureur ?

Rufisque, le 10 août 2022
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) – Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

→ A LIRE AUSSI : « C’est une loi implacable de l’histoire : les tyrans finissent toujours mal » ( Par Seybani Sougou )

→ A LIRE AUSSI : Le concept de puissance à la lumiére du nouveau parlement sénégalais (Par Mouhamadou Lamine Bara LO)